Accueil Politique “Au Sénégal, il n’existe pas une opposition, mais des oppositions” A. Diouf

“Au Sénégal, il n’existe pas une opposition, mais des oppositions” A. Diouf

289
0
PARTAGER
Abdourahmane Diouf

Hier, les ténors de l’opposition au Sénégal ont lancé leur « grande coalition », nommée Yewwi Askan Wi. Une coalition qui devrait aller batailler avec le pouvoir, lors des prochaines élections locales. Alors que son nom figurait sur la liste de la charte que devaient signer tous les leaders de parti et personnalités membres de la coalition, le Dr Abdourahmane Diouf n’est pas venu.

Cependant, ce vendredi matin, il a été interrogé par la 2STV. L’occasion pour l’ancien de Rewmi de donner son avis sur les élection locales, et également sur l’opposition. D’emblée, lors de son intervention à la 2STV, il a taclé l’opposition. « Au Sénégal, il n’existe pas une opposition, mais des oppositions », dit-il.

D’après lui, les élections locales à venir ne détermineront pas ce que représente l’électorat au Sénégal. “La nature des élections, détermine la nature de la coalition […]. Les élections locales prochaines n’ont pas une dimension nationale. Je suis désolé de le dire comme ça. La seule autre dimension nationale qu’elles peuvent se revêtir, c’est la dynamique et l’engouement qu’elles peuvent engendrer”, a précisé le Dr Abdourahmane Diouf.

Pour lui, même si l’opposition gagne toutes les mairies du Sénégal, cela n’aura aucun impacte sur la vie des Sénégalais. « Aujourd’hui, que l’opposition gagne plusieurs communes, cela ne permettra que savoir qu’elle est majoritaire au Sénégal devant le Président Macky Sall, ce qui permettra d’avoir un certain engouement de l’opposition, de l’opinion nationale et des électeurs, ce qui peut conduire à la victoire face au régime actuel, pour les prochaines élections. Mais en réalité, cela ne changera rien dans la vie et le pouvoir d’achat des Sénégalais, même si l’opposition gérait toutes les commune, car il appartient au pouvoir sur place de le faire. Il faut refuser la confusion« , ajoute-t-il.

Pour Dr Diouf, tel que l’Act 3 de la décentralisation est conçu, la gestion des mairies ne permet pas aux élus locaux d’avoir une certaine liberté d’action qui leur permette de faire certaines réalisations, car le pouvoir d’action reste au gouvernement.

Une déclaration qui, en partie, peut expliquer son absence dans la grande coalition de l’opposition.