Accueil ETATS-UNIE Un Britanno-Colombien de 99 ans guérit de la COVID-19

Un Britanno-Colombien de 99 ans guérit de la COVID-19

707
0
PARTAGER

Au plus grand bonheur de sa famille, Reuben Huva, qui vit dans une des 12 maisons de retraite de la Colombie-Britannique touchées par la COVID-19, s’est remis du nouveau coronavirus qu’il a contracté au début du mois.

Il y a quelques semaines, ce résident de Hollyburn House dans West Vancouver, âgé de 99 ans, commençait à présenter des symptômes mineurs tels que de la fatigue, une légère toux et un manque d’appétit qui laissaient croire à un rhume, selon sa fille, Linda Horspool. 

Mais le 11 mars, l’homme a reçu un appel à propos du test de dépistage du COVID-19 auquel il s’était soumis. Verdict : le résultat était positif. 

Craintes de la mort

C’est alors que les enfants de M. Huva imaginent les dernières heures de vie de leur père. Je ne pensais pas qu’un vieil homme de 99 ans en fauteuil roulant puisse survivre, pour être honnête, avoue Linda Horspool.

Souffrant de démence, le vieil homme venu de Russie en 1926, n’aurait pas tout à fait réalisé la situation ni compris pourquoi il a été enfermé dans sa chambre ne pouvant recevoir de la visite qu’à travers la fenêtre, raconte sa fille. 

Lors d’une visite, Mme Horspool se rappelle avoir tenté d’expliquer à son père qu’il avait une grippe, ce à quoi il lui a répondu qu’il se sentait bien, dit-elle. 

Les symptômes ont fini par disparaître quelques jours plus tard, selon sa fille, et les résultats d’un nouveau test de dépistage effectué le 25 mars se sont avérés négatifs. M. Huva était déjà redevenu le vieil homme joyeux qu’elle avait toujours connu.

Aujourd’hui, tout le monde espère voir cet homme fêter le 100e anniversaire d’une « vie incroyablement pleine et heureuse » en décembre, se réjouit sa fille.

La prise en charge dans la maison de retraite 

Parmi la douzaine d’employés et autant de résidents testés pour le virus au sein de Hollyburn House, seuls deux ont obtenu un résultat positif, soit M. Huva et un membre du personnel, affirme Graham Freeman, le directeur régional des opérations pour la société gérante de la maison de retraite.

Empêcher le virus de se propager se résumait à des étapes relativement simples, y compris le maintien des résidents dans leurs chambres, du nettoyage supplémentaire et le respect des mesures d’hygiène des mains, indique M. Freeman. 

Le vrai défi, explique-t-il, est de constamment avoir deux semaines de retard, en raison de l’incubation du virus, sans savoir où il s’est propagé, ce qui met le personnel et les résidents « dans un état extrêmement nerveux en attendant les résultats ».

Nous devons maintenir le cap, nous devons rester à l’écart les uns des autres pour protéger notre population âgée, car même si certains s’en tireront bien, comme dans le cas de mon père, il y en a beaucoup plus qui n’auront pas la même chance, conclut la fille de M. Huva.

radio-canada

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here