Accueil MONDE Un blogueur Sahraoui dénonce, devant le Conseil des Droits de l’Homme, les...

Un blogueur Sahraoui dénonce, devant le Conseil des Droits de l’Homme, les atrocités dans les camps

597
1
PARTAGER
El Fadel Breika

Un blogueur Sahraoui dénonce, devant le Conseil des Droits de l’Homme, les atrocités dans les camps des sahraouis marocains séquestrés de Tindouf, en Algérie.

L’information est tombée tel un couperet sur la tête des responsables algériens le 06 mars 2020 face au Conseil des Droits de l’Homme (CDH) à Genève suite à la dénonciation du militant sahraoui El Fadel Breika qui a tenu à dénoncer la répression et les graves exactions commises par les polisariens contre les populations embastillées à Tindouf.

Une dénonciation a été faite par le militant sahraoui des Droits de l’Homme, El Fadel Breika, devant le Conseil des Droits de l’Homme (CDH) à Genève lors de la 43ème session du CDH au Palais des Nations-Unies, au cours de laquelle il a pointé du doigt la responsabilité juridique de l’Algérie dans les atrocités commises par les dirigeants séparatistes et les services algériens contre les sahraouis des camps de Tindouf.

Au cours de son intervention, Fadel Breika a condamné le mutisme des soi-disant défenseurs du peuple sahraoui sur les sévices et les violations commises contre les sahraouis par les dirigeants du polisario, avec la complicité des services de sécurité algériens pour faire taire, par le feu et le sang, toute voix dissonante auxdits camps notamment par la torture et des sévices cruels.

Il s’est déclaré, en outre, stupéfait, par la totale aphasie des soi-disant défenseurs des droits du peuple sahraoui qui avalent perdu leur langue chaque fois qu’il s’agit de violations commises dans les camps sahraouis par le polisario et les services algériens, qui profitent de l’absence de tout mécanisme de recours et de protection et continuent à réprimer toute voix dissidente ou une opinion différente.

De plus, il a fait la juste démonstration que son enlèvement n’était qu’un acte de vengeance organisé par les services de renseignements algériens qui ont participé à mes interrogatoires et tortures, uniquement parce qu’il avait organisé une manifestation devant l’Ambassade d’Algérie à Madrid pour exiger la divulgation du sort de son cousin et l’un des dirigeants du polisario, Khalil Ahmed Ibri, porté disparu depuis son enlèvement en 2009 par les services de renseignement algériens dans la capitale algérienne.

C’est pourquoi, Breika a appelé le Conseil des Droits de l’Homme et la communauté internationale à faire pression sur l’Algérie pour qu’elle assume sa responsabilité légale en tant que pays accueillant la population sahraouie sise à Tindouf.

A ce sujet, il est bon de révéler que le blogueur Breika, défenseur des Droits de l’Homme et dissident du polisario, avait été libéré des bagnes polisariens, où il avait subi durant 05 mois, avec les deux blogueurs Mahmoud Zedan et Moulay Abba Bouzid, les pires sévices physiques et psychologiques pour avoir osé dénoncer les graves violations des Droits Humains et la dépravation des dirigeants du polisario qui s’enrichissent aux dépends de la misère des populations des camps de la honte sis à Tindouf. 

Pour conclure, le militant Breika a appelé le Conseil des Droits de l’Homme et la communauté internationale à faire pression sur l’Algérie pour qu’elle assume sa responsabilité légale en tant que pays d’accueil de la population sahraouie marocaine embastillée sur son territoire à Tindouf.

Farid Mnebhi.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here