Accueil Culture Souleymane Bachir Diagne : Pour une relecture de la pensée senghorienne

Souleymane Bachir Diagne : Pour une relecture de la pensée senghorienne

359
0
PARTAGER

C’est à l’occasion de la cérémonie de dédicace de la nouvelle édition de son ouvrage publié aux éditions Riveneuve, que Souleymane Bachir Diagne intervenait, mercredi à Saint-Louis, en présence d’un public composé d’hommes de lettres, d’enseignants, d’étudiants, d’élèves des lycées et collèges de la capitale nord du Sénégal.

Il a rappelé que l’idée d’écrire cet ouvrage, “Léopold Sédar Senghor, l’art africain comme philosophie”, était partie d’une conférence hommage à Léopold-Sédar Senghor, organisée par l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar en 1996, à l’occasion des 90 ans du poète-président.

Il fut question, lors de cette rencontre, “du président qu’il avait été, et de ce que furent sa longue carrière et ses décisions politiques”, peut-on lire dans la préface.

Selon Souleymane Bachir Diagne, agrégé de philosophie et professeur à l’Université de Columbia (New York), le livre qu’il a publié une première fois il y a 10 ans s’inscrit “dans l’esprit et dans la continuation du colloque de 1996”.

L’ouvrage “répond à sa manière à l’appel pour une relecture de Senghor, en ce qu’il a réellement pensé, afin de restituer le sens et la portée d’une œuvre qui excède ce à quoi ses critiques l’ont souvent réduite : un essentialisme primitiviste en réaction à l’essentialisme colonial”, lit-t-on encore dans la préface.

“Senghor était fondamentalement attaché aux objets d’art africains”, a-t-il rappelé, avant d’ajouter qu’à travers la pensée du premier président sénégalais, “c’est d’abord une affirmation de soi et la rencontre de l’autre” qui est mis en exergue, par le biais de la Négritude, ’’tout en cultivant en soi les vertus du métissage, car chacun doit être métissé à sa façon”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here