Accueil Economie Sénégal: Un développement agricole à pas géant

Sénégal: Un développement agricole à pas géant

49
0
PARTAGER

Le Sénégal pose désormais ses jalons sur l’agriculture. Plusieurs accords allant dans se sens ont été signé depuis l’arrivée de macky sall au pouvoir. La collaboration avec le gouvernement des USA en est une parfaite illustration et des centaines de ménages en savent quelque chose. 

Quelque 120 000 ménages agricoles du Sénégal ont vu leurs revenus croître de 30 % en quatre ans à la faveur des interventions de ‘’Feed The Future-Naatal Mbay’’, un projet américain de valorisation de l’agriculture qui sera officiellement clôturé mercredi 22 mai.

Dans un communiqué parvenu à l’APS, l’ambassade américaine souligne que cette cérémonie ’’marquera la fin des activités du projet et verra la participation de l’ensemble des acteurs du secteur agricole en particulier les chaînes de valeur céréalières (riz irrigué, riz pluvial, maïs et mil)’’. L’évènement sera aussi ‘’l’occasion de présenter au public les résultats majeurs de Naatal Mbay qui veut dire +rendre l’agriculture florissante+ en Wolof’’, selon le communiqué, notant que le projet a été mis en œuvre dans les régions de Saint-Louis, Matam, Kaolack, Fatick, Kaffrine, Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, de 2015 à 2019.

Le document relève que ‘’grâce à un investissement de 23,7 millions de dollars soit 13,8 milliards de francs CFA, sur quatre ans, Naatal Mbay a favorisé la croissance économique en permettant à 120 000 ménages agricoles d’accroître leurs revenus de plus de 30%’’. Le document rappelle que les activités de Naatal Mbay ont contribué à créer de nouvelles opportunités pour les petits producteurs et les entrepreneurs privés dans le secteur des céréales.

Les résultats ne sont pas que des chiffres sur papier, ils sont aussi palpable. La région de Fatick (centre), a enregistré 235 167 tonnes de céréales lors de la campagne agricole 2018-2019, soit 8,28% de la production nationale, nous fait savoir de la Direction de l’analyse de la prévision et des statistiques agricoles (DAPSA).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here