Accueil SENEGAL Sénégal: Serigne Moustapha Sy hospitalisé dus au Coronavirus

Sénégal: Serigne Moustapha Sy hospitalisé dus au Coronavirus

646
0
PARTAGER
moustapha sy

L’association des Éditeurs et Professionnels de la presse en ligne (APPEL) s’est indignée de l’attaque des locaux du journal en ligne Jotaay et du quotidien «Les Échos» intervenue hier lundi 3 août.

L’objet supposé de l’attaque est la publication dans son édition lundi d’un article qui révèle l’hospitalisation du Guide des Moustarchidines Wal Moustarchidatis, Serigne Moustapha Sy pour raison de Covid19 à l’Hôpital Principal de Dakar. 

Selon l’APPEL l’information a été confirmée par des autorités de l’établissement sanitaire, au cours des échanges avec des rédactions. « Donc ce n’était point un fake news encore moins une rumeur. L’information est bien vérifiée, fiable et crédible », a dit le président Ibrahima Lissa Faye. 

Depuis l’attaque et les dénonciations qui s’en sont suivies, des  « mystificateurs » tentent à travers les réseaux sociaux de discréditer le travail des journalistes prétextant que l’information n’est pas avérée où le cas échéant seul le concerné devrait décider de la porter à l’attention de l’opinion. Une thèse qui ne peut tenir la route compte tenu du statut d’homme public de Serigne Moustapha SY. Les règles de base du journalisme sont très édifiantes sur cette question, rappelle M. Faye. 

Par  ailleurs, les éditeurs de la presse en ligne comme tous les militants et professionnels des médias disent avoir été surpris par la teneur du communiqué sorti quelques heures après l’attaque. Ce texte, d’après l’APPEL, fournit suffisamment d’indices sur les motifs de l’expédition punitive et les commanditaires. 

L’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en ligne (APPEL) a appelé les organisations membres de la Coordination des Associations de Presse (CAP) et tous les militants de la liberté d’expression à se tenir debout pour dénoncer cette barbarie mais surtout pour que les auteurs soient traqués et sévèrement punis. « Cette attaque des locaux du journal «Les Echos» réveille le monstre et pourrait inspirer d’autres renégats et fossoyeurs de la liberté de presse surtout en ces temps de crise et de surchauffe du climat social », dénonce son président.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here