Accueil Economie Sénégal – Pauvreté et richesse

Sénégal – Pauvreté et richesse

91
0
PARTAGER

Comme de nombreux pays africains, la pauvreté au Sénégal sévit. En outre, le PIB par habitant a effectivement diminué au cours des 25 dernières années. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui classe les pays en fonction de leur indice de développement humain (IDH), classe le Sénégal au 111e rang sur 181 pays en 2016, tandis que les États-Unis se classent au premier rang. L’IDH est un indice composite qui examine des chiffres précis sur l’éducation, la santé et le niveau de vie. Le faible classement du Sénégal reflète le faible développement du pays dans ces zones, compatible avec sa pauvreté globale.


Les Sénégalais, comme beaucoup de pauvres à travers le monde, dépensent une grande partie de leur argent pour subvenir aux besoins de la vie, comme la nourriture.

Le PNUD estime que les aliments représentent en moyenne 52% de la consommation des ménages sénégalais par rapport aux États-Unis, où la nourriture ne représente que 8% de la consommation des ménages. Pour cette raison, les Sénégalais sont vulnérables à l’augmentation du prix des aliments de base.

Parce que la nourriture est la plus haute priorité, il reste peu d’argent pour payer d’autres nécessités, comme des vêtements et un abri. Les pauvres constituent la majeure partie de la population urbaine et vivent dans des zones délabrées ou des bidonvilles de fortune regroupés sur des terres non payées. Sauver pour échapper aux conditions de la pauvreté n’est pas une option, car les pauvres doivent dépenser tout leur argent pour survivre. La pauvreté de la plupart des Sénégalais contraste fortement avec la richesse de la petite élite du pays.

Après l’indépendance, l’élite comprenait quelques hommes d’affaires sénégalais du secteur privé, des politiciens influents, des ministres du gouvernement, des professeurs d’université et des cadres politiques (en l’occurrence, des membres de quelque Parti Politique) qui travaillaient pour des entreprises parapubliques.

Comme le note Sheldon Gellar dans son livre Sénégal: Une nation africaine entre l’Islam et l’Occident, le groupe d’élite est essentiellement masculin, urbain, hautement scolarisé, politiquement connecté et capable de se payer des conditions de vie de style européen.

Les avantages comprennent la possession de voitures, d’appareils modernes, de belles villas ou appartements, la fourniture d’une bonne éducation et d’une éducation supérieure pour leurs enfants, et des possibilités de voyager à l’étranger. Dans les zones rurales, les religieux musulmans, connus sous le nom de marabouts, constituent une riche élite agricole. Gellar note également que les plans d’ajustement structurel ont accru l’inégalité entre l’élite sénégalaise et les masses. Alors que le niveau de vie des pauvres a diminué, les riches du pays continuent de prospérer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here