Accueil Culture Sénégal: L’école coranique réclame sa part au niveau de l’Etat

Sénégal: L’école coranique réclame sa part au niveau de l’Etat

250
0
PARTAGER
dahras senegal

Quand on t-on parle de l’éducation au Sénégal, l’enseignement coranique est presque oublié. Jusqu’ici elle ne bénéficie d’aucun privilège venant de l’Etat du Sénégal. 

Même si quelques avancées  ont été noté ces dernières années avec la construction des Dahras moderne. Insuffisant, en comparaison avec l’école française qui englouti  presque le quart du budget national. Sous ce rapport, les serignes des Dahras veulent plus. 

Le directeur de l’établissement d’enseignement coranique Imam Hassan Cissé de Keur Ndiaye Lo a invité, dimanche, le gouvernement à soutenir davantage les internats qui “participent activement” à la lutte contre la mendicité des enfants au Sénégal. C’était en marge de la cérémonie de remise d’attestations de mémorisation du saint Coran à des élèves de l’établissement. Cette cérémonie de graduation dont l’un des parrains est feu Sidy Lamine Niasse, PDG du groupe de presse Walfadjri, a eu lieu au Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), en présence de nombreux parents d’élèves, des dignitaires musulmans. 

Oustaz Makhtar Ndiaye a aussi préconisé ’’l’instauration d’un ministère chargé des Affaires religieuses pour mieux prendre en compte les problématiques des écoles coraniques’’. Ces écoles, a-t-il souligné, ’’ont toujours joué un grand rôle dans l’éducation religieuse’’ et ’’la bonne conduite’’ des enfants. 

L’Institut Imam Hassan Cissé qui a son siège social à Keur Ndiaye Lo se veut moderne avec un régime en internat et en externat, selon son directeur Oustaz Makhtar Ndiaye.

Dans un contexte récent de la fameuse histoire de retrait des enfants de la rue dont la quasi totalité sont des talibés qui ont connu un lamentable échec avaient créé un climat de méfiance entre le gouvernement et les hommes religieux. La question qui s’impose reste à savoir, est ce que la satisfaction de la requête des serignes des dahras ne pourraient pas être la solution la plus idoine à l’équation du retrait des enfants de la rue. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here