Accueil Santé Sénégal: Le Secteur de la santé va mal, le président Macky n’écoute...

Sénégal: Le Secteur de la santé va mal, le président Macky n’écoute pas

234
0
PARTAGER
grève de santé

 A vrai dire le système de la santé Sénégalaise va mal, je lance une alerte au président de la république. Il est temps qu’il prenne le problème à bras le corps afin de résoudre définitivement ce problème. La santé est primordiale pour la population raison pour laquelle Mr le président doit écouter le cri de cœur des syndicats de la santé. Malheureusement c’est la population qui ressent les conséquences de ces grèves tant sur le plan humanitaire, social, médical… 

Le président fait la sourde oreille parce que nous sommes à notre 17ème plan d’action et nous nous arrêterons que lorsque nous serons satisfaits même si c’est avec le cœur pincé que nous poursuivons le mot d’ordre car rester 72h sans soigner ni soulager, nous fait mal, voir ce peuple désorienté malmener juste parce que l’Etat refuse de respecter ses engagements d’honorer la plateforme c’est décevant” selon une gréviste.

L’administration Sall fait la sourde oreille sur leur revendications, juste parce qu’ils sont obnubilés par le pouvoir alors que la vie n’est rien d’autre que ces trois temps hier aujourd’hui et demain. 

 

Les grévistes entend  faire marqué leur emprunte et d’être en phase avec tout le monde, pour que demain les gens se souviennent. 

Le président, à l’occasion de la cérémonie de remise du Grand Prix du chef de l’Etat pour l’enseignant, a demandé aux syndicalistes de mettre fin à leur grève.

« Je profite de l’occasion pour dire aux syndicats de la santé de lever le mot d’ordre de grève au nom de l’intérêt national », a souligné Macky. Il a aussi exhorté que « la situation des districts sanitaires et l’état de santé des populations exigent la levée du mot d’ordre ».

« Je m’engage à les rencontrer une fois que le mot d’ordre sera levé, mais, en cette période électorale, ce n’est pas possible de prendre des engagements », a dit le president et en fin il promet l’ouverture de discussions une foi réélu en Avril.  

“La grève n’a duré que trop longtemps et nous ne reculerons devant rien car nous sommes armés de dignité de courages et de persévérance. L’état refuse de respecter ses engagements et c’est désolant de constater qu’il dit tout le contraire. La CMU non remboursée depuis deux ans. Concernant le régime indemnitaire l’état refuse d’ouvrir une négociation. Les contractuels affectés dans les zones les plus reculées n’ont pas reçu leur salaire depuis quatre mois sans compter les diplômes qui dorment au niveau du ministère de la santé et qui n’ont pas été signé depuis 2013 par le ministre. Depuis 2012 le niveau du concours des infirmiers et des sage-femme d’Etat a été relevé à bac plus trois mais depuis lors il n’y a pas eu de reclassement. Ils sont toujours considérés comme des brevetés avec trois ans de formation et conservent toujours le même salaire. Ceux qui ont fait la formation e-learning ne sont pas encore recruté et je ne peux citer que cela car les failles y’a en tellement. Le système de santé va mal et très mal aujourd’hui mon regard pour le gouvernement est dirigé par un mépris un dégoût et une désolation.” a repiqué un gréviste.

Que l’état se ressaisisse pendant qu’il est temps au lieu d’imposer son autorité. Les conséquences de la grève sont fâcheuses. Le peuple est très satisfait du travail que les sages-femmes et les infirmiers abattent dans leur poste. Donc il faut les encourager au lieu de les décourager.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here