Accueil SENEGAL Sénégal: Ça chauffe dans les bus TATA

Sénégal: Ça chauffe dans les bus TATA

185
0
PARTAGER

LES RECEVEURS, CHAUFFEURS ET PASSAGERS NE SE TOLÈRENT PLUS JAMAIS DANS LES BUS TATA

18H ! C’est l’heure de la descente pour la plupart des travailleurs et autres domaines d’activités.

Le rond point de LIBERTÉ 5, est le terminus des BUS TATA des lignes 77 et 78. Les passagers viennent de tous les sens, pour emprunter les TATA, pour se rendre dans leurs quartiers respectifs. De loin, on peut apercevoir les deux queues qui ont la forme d’un parallèle.

Impatient ! Les usages rentrent lentement dans les bus, et c’est le début du commencement d’un trajet de tous les problèmes, entre receveurs, chauffeurs et clients. Des problèmes dont les origines sont très nombreuses et variées. À tort ou à raison, ces derniers s’accusent mutuellement.

Habillé d’un costume bleu, cravate multicolore, Ousmane Gueye est un étudiant en ESTG, n’a pas hésité de pointer du doigt aux receveurs<< les problèmes qui surgissent entre nous et les receveurs, est dû à leurs manque d éducation, ils sont très indispliné, ils traitent les gens comme du n’importe comment, et ils ne savent pas malheureusement que le client est roi>> nous révèle le jeune étudiant âgé de 25ans environ.

Dans la même logique d’accusation, Ousmane s’attaque ainsi aux chauffeurs<< je ne comprends pourquoi les chauffeurs font toujours la surcharge, nous ne sommes pas des moutons. Donc nous ne devons pas être entassé comme ça dans les bus, C’est insupportable, les receveurs sont également des voleurs à la limite parceque quand ils te dois de la monnaie jamais tu ne vas récupérer si tu ne mets pas la pression, en revanche si tu leurs dois même 50f ils vont jamais te pardonner>> juge t-il.

Selon donc le jeune homme, les receveurs et les conducteurs sont les véritables responsables de tous les conflits.
Comme une manière de confirmer ce qu’on les accusent, un TATA ligne 78 fait irruption, le rang des passagers est coupé en deux. le chauffeur du bus lâche le volant, il se précipite pour prier le crépuscule. Haute de sa taille 1m80 à peu près, BADOU LY est le président des chauffeurs de la ligne 78.

Il connaît bien les causes du fléau<< ce qui amène les problèmes c’est souvent les clients veulent descendre sur les zones interdits, pourtant ils savent bien qu’ils doivent attendre les arrêts pour descendre. Et si tu refuse d arrêter ils te crient dessus, ils t insultent, et nous traitent de tous les noms>> regrette BADOU. Poursuit ainsi d’expliquer les causes en médisant les usagers<< autres problèmes aussi c’est quand tu roules on peut vite, ils vont rester à crier ( danga gno beug Rey) tu veux nous tué, et quand tu roules moin vite, ils ditent aussi, ( yow mouno daw) tu ne peux pas aller vite. On ne sait même plus ce qu’ils veulent en réalité>> le conducteur estime en fin de compte que les clients sont insatiable. << Ils viennent avec leurs problèmes qu’ils ont eu à la maison ou avec leurs patrons, et veulent les réglés sur nous, jamais on l’acceptera>> assure t il. Tant bien qu’ils encaissent de l’argent des clients, mais aussi de leurs injures et menaces.

Fatou Ndiaye, est receveuse de la LIGNE 77 nous étale sa galère depuis son guichet<< chaque jour que dieu fait je reçois des insultes de la part de noms clients, billahi parfois, ils tentent même de me frapper. Il suffit que tu demandes à quelqu’un d’avancer pour qu’il t’envoie une marée d’insultes, ils nous traitent de tous les noms des singes, ils nous accusent d’être indispliné. (Wayé nioun daniouy mougn rek) mais on laisse tombé.

La courte Fatou Ndiaye dit être battu un jour<< un jour,un client est resté devant la porte, et dit personne ne vas monté dans le bus, je lui ai demandé juste de céder le passage, il m’a insulté sans pudeur, j’ai même pas répondu, il m’a jeté un sachet d’eau, si n était pas un client qui l’a retenu, il va me frapper>> justifie t’elle.

En outre, les raisons qui explique ce fléau sont inestimable, mais pour la récepteur, les clients sont insupportables, ils ont parfois des comportements vraiment déplorable<< ils montent dans les bus Sans monnaie, ils détiennent leurs billets de 2000f ou même de 5000f et veulent coupé des tickets avec. Alors que nous, tout le monde sache qu’on accepte pas les billets bleu et vert. Et si tu refuse le billet, voilà ils commencent à te largué des insultes. Ils sont toujours près à te frapper pour 50f. Et nous parfois on leurs pardonne les pièces de 50f, parfois même on offre des tickets, et c’est toi qui paie, parceque tous les tickets sont contés>> ainsi fini les reproches de Fatou ndiaye dans une voix basse et pitoyable, larme aux yeux, elle est ému.

Passagers, chauffeurs et receveurs, nulle ne peux aller sans l’autre. Leurs interdépendance est imminente.
De l’autre côté, ce qui ce passe dans les bus TATA, ne justifie pas en quelques sortes le mauvais comportement des sénégalais ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here