Accueil Santé Santé: Le traumatisme, une urgence pour les orthopédistes

Santé: Le traumatisme, une urgence pour les orthopédistes

42
0
PARTAGER
orthopedie

A l’occasion d’une exposition sur les questions d’urgence traumatologiques et de l’avancée récente de la prothèse de la hanches. L’association nationale des sciences et des techniques Sénégalaise (ANSTS) met la lumière sur la zone d’ombre du traumatisme. Le traumatisme n’est pas une maladie comme les autres D’après le professeur Mouhamadou Habib Sy. C’est pourquoi le médecin orthopédiste affirme que les hôpitaux ont un énorme défi à relever.

<<il faut le séparer aux autres maladies en se sens que le traumatisme c’est de l’énergie extérieure qui est en contact avec le corps à l’issue des blessures. Et ces blessures peuvent être d’ordre accidentel, comme ces blessures peuvent être d’ordre intentionnel. Alors si ces sont maintenant d’ordre intentionnel, on les appel des agressions de lance, et quand c’est accidentel que ce soit un accident du travail ou de la vie courante mais malheureusement le gros lot c’est les accidents de la circulation>> a révélé le médecin orthopédistes.

II a également estimé que le nombre de cas de traumatisme enregistré dans les hôpitaux tourne autour de 17000 par en an à l’hôpital de grand Yoff par exemple soit 20 à 25 cas par jours. En ce qui concerne la question de la prothèse des hanches, force est de reconnaître que des innovations ont été noté ces dernières années.

<< avant on disait qu’une prothèse doit être mise après l’âge de 40 ans, aujourd’hui avec le développement des implants et d’imagerie médicale tridimensionnel, la sécurité des gestions opératoire,  on opère maintenant des jeunes de 18 ans et  ça change leur vie >> nous dit docteur Abdoulaye Ndiaye.

Toutefois la prise en charge des traumatismes pose un réel problème. Non seulement le nombre de lit est très insuffisants dans les hôpitaux, mais également les matériels pour assurer les soins en cas de traumatismes font aussi défaut. C’est ainsi, les experts en médecine, invitent les jeunes qui veulent embrasser le métier à ne pas se lancer dans la facilité. II faut selon eux, que ces jeunes scientifiques en médecine se spécialise dans le domaine d’odontologie. Cela permettra d’assurer la relève.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here