Accueil MONDE Recherche éperdue par les autorités algériennes de masques de protection pour sa...

Recherche éperdue par les autorités algériennes de masques de protection pour sa population

861
1
PARTAGER
Recherche éperdue par les autorités algériennes de masques de protection pour sa population

Une nouveauté typiquement algérienne a été rendue publique, le 18 mai 2020, par les responsables d’Alger, à savoir le port obligatoire du masque sanitaire afin de freiner la pandémie de COVID-19 et ce, à l’approche de la Fête de l’Aïd El Fitr qui devrait avoir lieu le 23 ou 24 mai 2020.

Mais voilà, l’Algérie n’en produit pas, contrairement à son voisin marocain qui en produit plus de 07 millions de pièces chaque jour et d’excellentes qualités au point de penser à en exporter.

Cette denrée extrêmement rare, pour ne pas dire inexistante, en Algérie fait que le Ministre algérien du Commerce court dans tous les sens pour acquérir des masques afin de freiner la rapide propagation de la pandémie du COVID-19 dans son pays qui aurait fait, selon les chiffres officiels plus de 500 morts. Un chiffre qu’il faudrait multiplier par trois voir quatre pour ce faire une idée réelle du désastre dans ce pays, un des plus infectés d’Afrique.

Face à cette misère sanitaire, le Ministre algérien de la Santé n’avait rien trouvé de mieux que d’inviter, le 12 mai 2020, les citoyens algériens à confectionner leurs propres masques chez eux tout en affirmant que lui-même portait des masques confectionnés par sa propre épouse. Il aurait dû demander également aux citoyens algériens de fabriquer leurs propres respirateurs artificiels pendant qu’il y était !

Même son de cloche chez son collègue, le Ministre du Commerce qui a annoncé, le 18 mai 2020, que l’État autorisait, à titre provisoire, la production des masques sans qu’il soit nécessaire pour cela d’être immatriculé au registre du commerce et que le Gouvernement algérien tolérerait l’ouverture de commerces de gros et de détail, de mercerie et de bonneterie et d’atelier de confection afin d’encourager la production des masques de protection.

C’est dire que les responsables et les galonnés algériens vont, une nouvelle fois, se sucrer allègrement sur le dos du peuple algérien en leur vendant des masques de qualité zéro au prix fort de 40 Dinars algériens l’unité. Autant s’attendre à une recrudescence du nombre de morts en Algérie face à la pandémie du COVID-19.

Une Fête d’Aïd Al Fitr des plus sinistres se déroulera en Algérie, les 23 ou 24 mai 2020, par la faute des dirigeants algériens ne pensant qu’à leurs comptes bancaires déjà bien garnis à l’étranger.Quant à l’Aïd Al Adha, le peuple algérien ne sacrifiera point de moutons, chèvres ou poulets, selon leur bourse. Il n’y a pas photo. Honte aux dirigeants algériens !

Farid Mnebhi.

1 COMMENTAIRE

  1. les prédateurs sont chez vous au Maroc, l’Algérie est entrain d’assainir ce qu’à fait un Bouteflika, un moukhazni algérien arrivé d’Oujda et élevé dans votre culture clientéliste et d’allégeance outrancière. c’est ce que vous savez faire au Maroc, c’est coudre….”les intrigues” c’est votre culture vous avez été éduqué comme çà par le Makhzen et la matraque.
    le problème c’est que vous voulez éduqué les sénégalais qui vous soutiennent de cette manière. çà leur suffit l’éducation de supplétifs française. les sénégalais doivent réfléchir à l’avenir cet alignement sur la France et le Maroc, car l’Algérie ne vous épargnera pas à l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here