Accueil MAURITANIE Que Faisait le président Malien IBK á Nouakchott ce Jeudi?

Que Faisait le président Malien IBK á Nouakchott ce Jeudi?

540
0
PARTAGER
IBK á Nouakchott

Que Faisait le président Malien IBK á Nouakchott ce Jeudi?

Ibrahim Boubacar Keita (IBK), réélu à la tête du Mali pour un deuxième mandat de 5 ans, était ce jeudi à Nouakchott pour «une visite de courtoisie» d’une seule journée.

Une rhétorique tirée du langage officiel, taillé dans la langue de bois. Le Mali et la Mauritanie sont membres du G5 Sahel aux côtés du Burkina Faso, du Niger et du Tchad. Sous l’impulsion de la France, ancienne puissance coloniale, ces pays ont créée une brigade conjointe chargée de lutter  contre le terrorisme.

Pour le journal en ligne «Tawary», IBK «vient remercier le président Mohamed ould Abdel Aziz de son soutien indéfectible au peuple malien. Et d’exprimer sa grande satisfaction par rapport à l’aide sécuritaire apportée par la Mauritanie dans le cadre de l’organisation des 2 tours de l’élection présidentielle 2018. Ce qui a permis le déroulement du vote dans un climat de paix. Cet organe ne donne pas plus de précisions sur cette assistance sécuritaire».

Interrogé à ce sujet, un observateur des faits politiques et sécuritaires au Sahel, répond «ne pas avoir une idée précise de la nature de la contribution sécuritaire, financière ou logistique, de la Mauritanie au scrutin organisé fin juillet et début août au Mali. Cependant, pour l’avoir vu à l’aéroport, je peux certifier qu’IBK était très heureux en arrivant à Nouakchott. Keita était accompagné de tout son staff de campagne. Ce qui du point vue politique est très significatif».

Mais au-delà du contexte post électoral malien, et de la donne sécuritaire sous régionale globale, une autre raison solide semble avoir pesé plus que toute autre motivation dans la visite du chef de l’Etat malien en Mauritanie ce jeudi. Il s’agit du cas de l’otage français Sophie Pétronin.

Le contexte politique intérieur dominé par l’affaire Benalla, et les brûlants dossiers politiques et économiques de la rentrée en France, empêchent le déplacement du président Emmanuel Macron. Ainsi «c’est le président malien qui a pris son bâton de pèlerin pour convaincre Aziz de donner un coup de pouce» dans les négociations visant à libérer l’otage française.

360

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here