Accueil Culture Polémique Sur le volume 1/A de l’histoire générale du Sénégal

Polémique Sur le volume 1/A de l’histoire générale du Sénégal

607
0
PARTAGER
iba der thiam

Le Comité de Pilotage du projet Histoire Générale du Sénégal à fait un communiqué pour apporter des éclaircissements supplémentaires suite à la polémique née de certains passages du Volume 1/A. 

Le Professeur Iba Der Thiam et ses collaborateurs ont précisé que ce n’est pas le Chef de l’Etat Macky SALL qui a créé le projet HGS. « Il n’a aucune responsabilité dans les polémiques qui se sont fait jour. Le Comité n’a rien de commun, ni avec la CNRF, ni avec la CNRI,  ni avec la CNDS. C’est une initiative autonome des historiens  uniquement », précise le communiqué.

Aussi ajoute le Comité de pilotage, « Le Président de la République nous a apporté son soutien, après notre Séminaire de planification et d’orientation de 2014, ainsi que le Ministère de l’Enseignement Supérieur, celui de la Culture, le Maire de la Ville de Dakar et 15 Sponsors, ont encouragé les initiateurs du Projet, en leur apportant leur appui ».

Le communiqué du Comité est également revenu sur la sortie de la famille Ndièguène pour préciser que « celui qui avait parlé au nom de l’illustre famille Ndièguéne, qui est une personnalité intègre et honnête, pleine d’expérience et de sagesse, dont certains avaient abusé de la bonne foi, après avoir pris connaissance des clarifications apportées par le Comité de Pilotage, a reconsidéré sa position »

Selon le Comité de pilotage, « dans une correspondance datée du 12 Septembre 2019, il félicite le Professeur IbaDer THIAM pour cette importante réussite et affirme ne douter, ni de sa bonne foi, ni de son honnêteté, encore moins de ses compétences, pour avoir travaillé avec lui dans le passé. »

Cet ancien ministre de l’Education nationale fait savoir que l’Histoire générale du Sénégal « est une histoire globale qui ne laisse de côté aucune région, aucune langue, aucune culture, aucune religion et aucune ethnie. Elle est ancrée dans une vision sénégambienne et panafricaine. Elle est une histoire à la fois économique, sociale, politique, diplomatique, culturelle, religieuse et scientifique (visant à) réconcilier toutes les écoles de pensée ».

Le Professeur Ousmane Sène, directeur du Centre de recherche ouest africain (Warc) souligne qu’ « il n’y a aucune version de l’histoire d’aucun pays qui soit unanimement accueillie et acceptée de tout le monde. Même en matière de recherche, les chercheurs ne sont jamais d’accord ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here