Accueil MAURITANIE Perdu en Mauritanie: Un groupe de jeunes enfants s’unissent pour regagner leur...

Perdu en Mauritanie: Un groupe de jeunes enfants s’unissent pour regagner leur pays

124
0
PARTAGER

Enfants perdus, la Mauritanie est connue pour ses écoles coraniques, où des étudiants des pays voisins sont envoyés pour apprendre les principes et les enseignements islamiques. Malheureusement, à leur arrivée, certains de ces étudiants se voient refuser l’admission dans les écoles en raison de facteurs tels que la barrière de la langue ou l’âge s’ils sont trop jeunes. Ils se retrouvent alors perdus dans un pays étranger, loin de leurs familles.

C’était le cas pour un groupe de jeunes enfants – K., U., A., Ad., I., Al., M. et S. *, âgés de 8 à 17 ans. Certains d’entre eux se sont retrouvés à l’est, près de Nema, d’autres à l’ouest, près de Nouakchott. Les enfants viennent de deux villages différents mais ils sont tous du même pays: la Sierra Leone.

K., U., A., Ad. et S. sont des frères et sœurs qui ont perdu leurs parents pendant l’épidémie d’Ebola en 2014 et 2015. Leur oncle, anxieux et traumatisé par la dévastation de la maladie, a renvoyé ces nièces et neveux dans l’espoir de les amener à un environnement plus sûr. I., Al. Et M. viennent d’un des villages environnants du centre, ils se sont également rendus en Mauritanie pour apprendre le Coran.

Les enfants partagent une culture et une religion, ils aiment jouer aux mêmes jeux, ils parlent le créole sierra-léonais et, comme tous les autres jeunes, ils partagent les mêmes rêves d’enfant. Malheureusement, ils étaient également unis par une lutte commune pour trouver la stabilité après avoir été rejetés par l’école coranique qu’ils espéraient fréquenter.

U, l’aîné de l’équipage, s’est occupé de la cohorte pendant qu’ils cherchaient un moyen sûr de rentrer chez eux. Il devint progressivement leur gardien dans les pays étrangers. Il a fait preuve d’un sens aigu des responsabilités, du courage et de la maturité – mais à 17 ans, il lui incombait d’assumer ses responsabilités.

Après avoir lutté pendant quelques mois, le groupe a finalement rencontré Haroune, le président de la communauté sierra-léonaise en Mauritanie. Haroune s’en est occupé avant de les diriger vers l’OIM, l’Agence des Nations Unies pour les Migrations.

Les bureaux de pays de l’OIM en Mauritanie et en Sierra Leone ont collaboré dans le cadre d’un programme de recherche de familles pour localiser les familles des enfants. Les enfants ont découvert que leurs familles pensaient être à l’école tout le temps et ne savaient pas qu’ils avaient peur et qu’ils souffraient seuls. Après un long voyage en avion, en bateau et en bus, les enfants ont pu retrouver leur famille accompagnés de travailleurs de l’OIM. Leur retour a été possible grâce aux efforts des diplomates et des consulats des deux pays.

Les enfants ont également bénéficié du programme de retour volontaire assisté et de réinsertion offert par l’OIM pour leur permettre de retourner en Sierra Leone avec dignité. Ce soutien a été rendu possible grâce à l’initiative conjointe UE-OIM pour le renforcement de la gestion des frontières, la protection et la réintégration des migrants en Mauritanie. Ce projet permet à de nombreux enfants de retourner à l’école et d’aider leurs familles à créer des activités génératrices de revenus pour répondre à leurs besoins quotidiens.

* Les noms ont été masqués pour protéger les identités.

IPSNEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here