Accueil MAURITANIE Mes observations sur la conférence de presse d’Abdel Aziz

Mes observations sur la conférence de presse d’Abdel Aziz

1925
0
PARTAGER
Mohamed Mahmoud Islam Abdoullah

A travers sa conférence de presse du jeudi soir, l’ancien président est apparu comme un défenseur des libertés dans un pays dont le train déviait du chemin de la démocratie, et les chevaliers sont tombés de leurs chevaux et sont restés seuls sur la place.

L’homme tente désespérément de transformer son dossier purement judiciaire en un dossier politique; La raison, dit-il, en est la crise de référence du parti Union pour la République, et le comité d’enquête partial. Cette crise est fabriquée comme décrit l’ancien président.

Mohamed Ould Abdel Aziz a tenté de commercialiser les projets durant son règne, et justifier la corruption par ceux des régimes précédents, en particulier le régime de Maawiya Ould Sidi Ahmed Ould Taya, qu’il n’arrêtait pas de faire des comparaisons avec lui à chaque occasion et à chaque instant, sans se fatiguer ni s’ennuyer.

L’ancien président a admis pour la deuxième fois qu’il avait beaucoup d’argent, mais ce n’est pas de l’argent de l’État, et il n’y a aucun soupçon, mais cette fois, il a présenté une raison possible de sa richesse, en disant (peut-être pour un voile!).

Veut-il dire les fonds d’Accra !!!?

Dieu tout-puissant sait le mieux

L’homme adhère à son refus catégorique de divulguer la source de son argent sauf à la Cour suprême comme il le dit, et je pense qu’il fait référence à la Haute Cour.

Concernant les partis politiques qui le tenaient pour responsable de son implication dans ce qui se passait, il a accusé ce qu’il a appelé les travailleurs, les décrivant comme des grimpeurs, des chercheurs d’argent, en les stigmatisant comme tribaux cherchant à se faire connaitre.

La source de son argent est connue, il a trois magasins pour les voitures, les camions et de nombreuses propriétés, mais il n’y a aucun soupçon de corruption dans son argent, du moins c’est ce qu’il a dit.

Concernant son dossier de sécurité présumé, il a dit que je n’avais pas envisagé un coup d’État et a contacté le commandant de la Brigade de sécurité présidentielle pour une mission personnelle spéciale.

Il semble que si l’homme était honnête, il aurait agi à ce moment-là en tant que second président !!!

Une question: l’ancien président était satisfait de la raillerie de son propriétaire, qui a demandé: Ne voyez-vous pas que vous buvez dans la même tasse que Sayed Muhammad Ould Sheikh Abdullah a bu?

Pour répondre sarcastiquement: jamais bu !!!

Personnellement, j’apprécie que les autorités aient donné à l’ancien président la possibilité de s’exprimer librement et en direct pendant trois heures, malgré sa situation juridique compliquée.

Les libertés pour lesquelles nous nous sommes tous battus et les avons adoptées comme une option irréversible semble bonne et le restera, louange à Dieu.

L’ancien président n’a pas d’arguments solides pour soutenir son innocence, à mon avis, sa position est fragile, et il n’a pas de documents de pression contre le régime actuel, Dieu tout-puissant le sait mieux.

Mohamed Mahmoud Islam Abdoullah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here