Accueil Culture Mauritanie/ secteur rural : lancement de la campagne maraichère au titre...

Mauritanie/ secteur rural : lancement de la campagne maraichère au titre de la saison 2019-2020

258
0
PARTAGER

Le démarrage de la saison maraichère 2019-2020 a été lancé vendredi, 01 novembre dans la région de Sélibaby, au sud du pays.

Le lancement  a été marqué par l’annonce  de 5.000 hectares  qui seront exploités pour le maraichage  au titre de la nouvelle saison.

Supervisant l’évènement, le ministre du développement rural, M. Dy Ould Zein, a précisé que cette campagne et celle sous pluie, lancée il y’a quelques jours, visent la redynamisation de ces deux composantes d’agriculture, dont le rôle est crucial dans la nourriture des populations.

Il s’agit d’un engagement présidentiel consistant à atteindre l’autosuffisance alimentaire par le biais de la relance du secteur rural, ajoute Ould Zein dans son discours inaugural de la saison maraichère.

Selon le ministre, la direction régionale espère parvenir des résultats bénéfiques de cette campagne, notant que l’Etat apporte le soutien à ce genre d’interventions pour la multiplication de la productivité aux plans qualitatif et quantitatif et rendre les légumes à la portée de tous.

Le ministre également annoncé l’introduction de la culture fourragère et a révélé la réalisation de nouveaux barrages pour la maitrise des eaux de pluie en plus du grillage pour clôturer les champs afin d’assurer de bonnes récoltes céréalières et d’aliment bétail.

De leur côté, les intervenants ont insisté sur la pratique du maraichage pour combler de déficit dans ce domaine, la création d’espaces permettant une coexistence pacifique entre les éleveurs et les agriculteurs de la wilaya en plus de la lutte contre les ennemis de culture, la distribution très tôt des semences aux plus nécessiteux et la promotion des activités des coopératives agricoles

Malgré une demande croissante, la productivité de la filière maraîchère reste faible en Mauritanie en raison de la faible maîtrise de la culture par les producteurs et de l’absence d’une stratégie nationale de développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here