Accueil MAURITANIE Mauritanie/Scandale à la CENI : Ould Heni renvoyé sans motif !

Mauritanie/Scandale à la CENI : Ould Heni renvoyé sans motif !

PARTAGER
Mauritanie/Scandale à la CENI : Ould Heni renvoyé sans motif !

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a mis à la porte l’un de ses futurs membres et chargé du matériel électoral et des opérations de vote au niveau de la Moughataa de Nouadhibou.

Il s’agit d’ Abdallahi Ould Heni, qui n’a pas été édifié sur les raisons qui ont conduit à sa révocation, alors qu’il venait de subir avec brio à Nouakchott la formation devant déboucher à la signature officiel du contrat avec la commission.

Selon Alakhbar, la CENI se serait empressée de corriger ses erreurs qui viennent grossir sa gestion personnalisée qui suscite depuis sa création une vive polémique au sein de la classe politique et augure la tenue d’élections non transparentes voire aux résultats connus avant même la tenue des scrutins.

La CENI se serait rétractée par la suite, en prenant contact avec l’intéressé afin de le convaincre sur les mobiles de la mesure, en justifiant la décision arbitraire de son isolement par voie de certains membres de son personnel, selon Ould Heni, par le fait qu’il ne maitrise pas l’informatique.

Ce que l’intéressé a catégoriquement rejeté, puisque le travail dont il a été chargé, à savoir le matériel électoral et les opérations de vote, n’implique pas en principe le recours à l’informatique.

Ould Heni souligne avoir mérité bel et bien le poste qui lui a été confisqué, grâce à ses qualifications propres, disant avoir également suscité l’admiration de tous les superviseurs de la formation de trois jours dispensée par la CENI à son futur personnel au niveau de la capitale Nouakchott.

Ould Heni a interpelé de nouveau le Président Ould Ghazouani afin de le rétablir dans ses droits légitimes.

La CENI aurait essayé de nouveau d’étouffer ce scandale retentissant, qui met à nu ses récents et controversés recrutements sur fond de népotisme, de clientélisme, de tribalisme et de trafic d’influence et d’exclusion des compétences et d’expérience au profit des médiocrités et de la progéniture proches de ministres, de députés et de généraux, en lui proposant le poste d’agent de recensement dans le recensement à vocation électorale en perspective.

A cette cadence de scandales répétés et graves, le processus électoral déjà fortement compromis en raison de l’absence d’un consensus et du refus sans raison du ministère de l’intérieur d’autoriser des forces politiques populaires compétitives ayant le vent en poupe pour forcer la transition, le pays risque d’aller à une mascarade électorale.