Accueil MAURITANIE Mauritanie/ résultats du scrutin : l’emprise des militaires sur le pays...

Mauritanie/ résultats du scrutin : l’emprise des militaires sur le pays fait monter la colère des citoyens

690
0
PARTAGER

Des élections présidentielles  tenues le 22 juin dans un climat très calme ont créé  finalement un grand tonnerre au lendemain des résultats officiels confirmant la victoire du Général Ghazouani

Nouakchott présentait  dimanche 23 juin dès le matin des allures de capitale sous état de siège. Les principales places du centre-ville étaient quadrillées et les services de sécurité déployés aux entrées de la ville et aux bouches des grandes places. Un mot d’ordre de mobilisation contre la victoire préparée de Ould Ghazouani, un autre militaire pour gouverner encore le pays.

Une situation qui  a fait monter la tension d’un cran dans le pays, où un cri est lancé  par  les partisans des partis et  la société civile«  on ne veut plus de militaire, on veut la liberté ».

L’opposition qui semblerait gagnée au vu et au su des témoins dénonce une machination orchestrée et une fraude généralisée pour les résultats  communiqués  par la céni, organe censé être impartial par essence.

Alors que l’armée s’acharne à ce que un autre général prend les commandes du palais gris pour continuer ce qu’elle a commencé depuis une  trentaine d’années, les 4 candidats  de l’opposition réclament  la victoire qui lui revient de droit.

Une centaine de personnes était rassemblée  du dimanche au lundi à Nouakchott mais aussi dans d’autres villes du pays, pour dénoncer des “fraudes” dans le scrutin de l’élection présidentielle.

Ces manifestants ont été violemment dispersés par les forces de l’ordre à Nouakchott, et dans  les autres localités pays, faisant  plusieurs victimes, des jeunes, des femmes, des enfants…

A présent, le ministère mauritanien de l’intérieur et de la décentralisation  procède à la coupure d’internet pour empêcher qu’il y est  de contact permanent entre les manifestants et  de publication des images de tortures pouvant provoquer  davantage  les tensions.

Il met  en garde dans un communiqué  contre les rassemblements non autorisés  provocant des troubles à l’ordre public, les actes de vandalisme, la dégradation des biens et la violence.

En dépit d cette menace, l’opposition quant elle, déclare qu’elle ira cette fois jusqu’au bout  pour faire disparaitre cette dictature et cette mainmise des militaires qui perdurent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here