Accueil MAURITANIE Mauritanie: Réponse de Hamadi sow au livre d’Abdoul Birane Wane

Mauritanie: Réponse de Hamadi sow au livre d’Abdoul Birane Wane

501
0
PARTAGER
hamadi sow

Dans son livre intitulé Les Noirs de Mauritanie, entre résistance et résignation publié aux Editions Continentales, monsieur Abdoul Birane WANE, a livré une attaque inouïe contre notre organisation les FPC, jadis FLAM avec une désinvolture et des vues de l’esprit déconcertantes. Il balaie d’un revers de la main les sacrifices militants consentis par les aînés qui ont livré des luttes, certes jalonnées de hauts et de bas, mais qui ont tout de même coûté la vie à nombre d’entre eux.

J’avoue c’est une curieuse impression d’incompréhension, d’étonnement et de surprise qui s’est dégagée en moi après la lecture de ce chapitre (8) où les approximations se le disputent aux contrevérités insultants ainsi la mémoire des vaillants et courageux camarades aînés, comme s’ils sont indignes d’être considérés comme des résistants à ses yeux.

Tout en laissant à monsieur Abdoul Birane WANE l’entière responsabilité de ses propos blessants parce que mensongers et irrespectueux par déni et la falsification de l’histoire, je ne saurais passer sous silence ses incongruités négationnistes et fantaisistes.

Manque d’humilité ou mépris des sacrifices des aînés ?

Loin de moi l’idée de passer en revue toutes les étapes de la résistance allant de l’indépendance en 1960 jusqu’aux années 1989 / 1990, ce n’est pas le propos, mais je vais tout de même rappeler, en guise d’illustration, quelques faits majeurs dans l’histoire politique mauritanienne pour rafraîchir la mémoire des négationnistes et des ingrats de tous acabits.

En effet, dès l’entame de son chapitre 8, A. B. WANE insulte la mémoire de la résistance à travers les suivants :

« Peut-on parler de résistance en dehors de la période située entre 1989 et 1990 » », s’interroge-t-il (P 141).

D’un point de vue historique, il est important de ne pas occulter le rôle des générations qui ont participé à leur manière au combat que nous poursuivons. Les faits sont là !

“Le Manifeste des 19” 

Le 04 janvier 1966 les élèves noirs du lycée de Nouakchott déclenchent une grève qu’ils déclarent illimitée en vue de faire supprimer la mesure rendant obligatoire la langue arabe dans l’enseignement du second degré. Par cet acte militant, ils ont déjà posé les jalons de la résistance qui sera incarnée par plusieurs autres générations par la suite. Ceci est une forme de résistance valeureuse et éloquente. De par leur détermination et courage ces aînés ont transmis aux générations futures le devoir de répondre à l’appel du peuple opprimé.

lire la suite sur flamonline.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here