Accueil MAURITANIE Mauritanie: Ould Abdel Aziz “J’ai mené avec succès une campagne électorale présidentielle...

Mauritanie: Ould Abdel Aziz “J’ai mené avec succès une campagne électorale présidentielle pour l’actuel président mauritanien…”

PARTAGER
mohamed ould abdel aziz

J’ai fait la connaissance de l’actuel président mauritanien il y a plus de quarante ans, c’est-à-dire au début de notre carrière commune dans l’armée nationale, où nous nous sommes entraînés ensemble dans plusieurs écoles et instituts en Mauritanie et à l’étranger, et nos relations pratiques ont été marquées par la compréhension et l’amitié, et nous avons également été promus dans les rangs militaires presque simultanément.

En 2005, et au vu des grandes difficultés qui menaçaient la survie du pays, nous avons participé, avec un groupe d’officiers de haut rang, à un changement qui a conduit à des réformes démocratiques fondamentales qui se sont terminées par une série électorale dont la dernière a été des élections présidentielles libres et transparentes en 2007.

J’ai dirigé le mouvement correctif en 2008, après la détérioration de la situation dans le pays depuis Nouveau après l’entrée de la Fraternité au gouvernement et après que le président ait nommé un nouveau commandant de l’état-major général pour succéder au président actuel, qui occupait le poste et était à l’extérieur du pays à l’époque.

Ainsi, je suis devenu président du pays et j’ai été démocratiquement élu à deux postes consécutifs, au cours desquels l’actuel président a continué à occuper le poste de commandant en chef de l’état-major de l’armée, sauf quelques mois avant que je quitte volontairement le pouvoir au regard des exigences de la constitution, en 2019, lorsque je l’ai nommé ministre de la Défense nationale pour lui donner la crédibilité politique nécessaire en tant que futur candidat à la présidentielle.

J’ai travaillé dur lors de ma dernière mission (2014-2019), et avec de grandes difficultés, pour persuader tout l’éventail politique au sein de la majorité présidentielle de nommer un compagnon que je considérais comme chargé des intérêts vitaux du pays, et je pensais aussi qu’il avait une connaissance suffisante du danger de certaines organisations terroristes comme la Fraternité, pas sur la stabilité de la Mauritanie. Non seulement, mais aussi sur tout le monde arabe.

J’ai mené avec succès une campagne électorale présidentielle pour l’actuel président mauritanien, en 2019, au milieu de la concurrence intense de cinq candidats représentant des partis politiques puissants, parmi lesquels le candidat des Frères musulmans, ancien premier ministre de la période exceptionnelle, qui a obtenu d’énormes fonds de partis étrangers réputés hostiles à la sécurité. Et la stabilité de la région.

Immédiatement après son investiture en tant que président du pays, je me suis rendu à l’étranger pour le rassurer de ma réticence à m’immiscer de quelque manière que ce soit dans la manière dont il veut diriger le pays, et je ne lui ai proposé aucun nom pour l’emploi ni aucun amendement. Je lui ai également montré les données financières et économiques du pays, qui étaient généralement bonnes.

Il m’a appelé à plusieurs reprises pendant que j’étais à l’étranger, mais j’ai toujours essayé de comprendre que c’était à lui et à lui exclusivement et que je n’avais pas l’intention de l’interférer avec lui dans ses pouvoirs, car je considérais que j’avais passé suffisamment de temps à la présidence du pays et j’aimerais me reposer des pressions exécutives et de ses complications, au profit de ceux choisis par le peuple. Démocratiquement pour cette tâche.

Dans une escalade dangereuse contre moi personnellement, les parlementaires de la majorité affiliée au nouveau président ont décidé de soutenir un comité d’enquête que la «Fraternité» et certains de leurs alliés avaient proposé et qui visait essentiellement à me criminaliser avant même d’obtenir des preuves contre moi.

Ce comité a commencé à agir de manière sélective et à porter des accusations arbitraires contre moi et ma famille, y compris une accusation basée sur des documents officiels qatariens affirmant que j’avais offert une île mauritanienne à l’ancien émir de ce pays, ce qui est bien sûr totalement infondé, et sa famille veut qu’il m’offense pour des raisons liées aux options géopolitiques lorsque J’étais président.

Ces autorités mobilisent désormais un grand nombre de policiers pour entrer par la force et sans autorisation judiciaire au domicile des membres de ma famille et de mes proches, les intimider, photographier leurs effets personnels, y compris les voitures, et diffuser ces images sur les réseaux sociaux pour inciter et inciter les gens contre moi et ceux qui m’entourent.

Il y a trois jours, les autorités ont décidé de fermer un parti politique, dans un précédent que le pays ne reconnaît pas, simplement parce que ses dirigeants sont considérés comme politiquement proches de moi.

Il a également harcelé et intimidé quiconque essayait de m’aider ou même de traiter avec moi, et il a également convoqué les membres de ma famille et mes proches, les maudissant et les accusant de corruption, à un moment où ces autorités ont décidé de renvoyer la flotte turque dans nos eaux territoriales, cette flotte dont j’avais décidé d’arrêter le permis de pêche pour son utilisation de différents types. Autorisé pour les filets de pêche qui causent de graves dommages environnementaux à la richesse halieutique du pays.

Preuve de la directive anticipée et du ciblage dans cette affaire, le procureur en charge du dossier travaillait, avant sa souscription à la justice, en tant que conseiller pour le parti des Frères musulmans (Tawasul), en tant que consultant en charge d’organisations caritatives.

Mohamed Ould Abdel Aziz