Accueil MAURITANIE Mauritanie / nouveau gouvernement : baisse du quota des femmes, le déséquilibre...

Mauritanie / nouveau gouvernement : baisse du quota des femmes, le déséquilibre persiste

820
0
PARTAGER

18% dans le nouveau gouvernement contre 25% dans l’ancien.

Le premier gouvernement du président  Ould Ghazaouni a été dévoilé jeudi, 08 août, dix  jours après l’investiture.

Cependant, le visage du  nouveau gouvernement est  peu différent de celui sous l’égide de Ould Abdel Aziz.

Même si le chef de l’État a fait appel à certains hauts cadres connus, à l’exemple de l’ancien haut-commissaire de l’organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal, nommé ministre de l’Intérieur, ou de Haimoud Ould Ramdane, un juriste spécialiste de la défense des droits de l’homme qui devient Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

Ou encore Adama Soko, un cadre du PNUD, nommé ministre de l’enseignement fondamental et de la réforme de l’éducation.

Et il y a moins de femmes  dans le nouveau gouvernement. Et pourtant leur mobilisation pendant la campagne était forte.

Cinq 5 postes ministériels  seulement pour les  femmes dans le gouvernement qui a été constitué jeudi et qui compte 28 ministres.

Ce quota représente 18% de l’équipe  d’Ismail  Bedde Ould Cheikh Sidiya alors que les femmes représentaient 25% dans le dernier gouvernement de l’ancien président Mohamed O. Abdel Aziz, soit 7 postes ministériels sur les 27 que comptait le gouvernement.

Tous les postes ministériels stratégiques confiés aux hommes et pourtant elle n’est pas mauvaise élève dans l’administration, la femme.

Des modifications ont également été apportées à la structure du gouvernement, notamment la séparation entre les secteurs de l’économie et des finances, avec la création d’un ministère portant le nom de ministère de l’Économie et de l’Industrie auquel il est rattaché le ministère chargé de la promotion des investissements et du développement industriel.

Il s’agit aussi de la division du ministère de l’Éducation en deux ministères : Le ministère de l’Enseignement fondamental et de la réforme de l’éducation nationale et le ministère de l’Enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle.

A noter par ailleurs, que cinq ministres conservent leurs portefeuilles dans le gouvernement d’Ismaïl Bedde Ould Cheikh Sidiya.

Il s’agit notamment Mohamed Ould Abdel Vetah, ministre du Pétrole, des mines et de l’énergie, Nani Ould Chrougha, ministre des Pêches et de l’économie maritime, Naha Mint Mouknass, ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement,  Sidi Ould Salem, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information et de la communication et Ismaël Ould Cheikh Ahmed, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération auquel on a rattaché le département des “Mauritaniens de l’étranger”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here