Accueil MAURITANIE Mauritanie : les conditions posées par Biram Abeid pour un...

Mauritanie : les conditions posées par Biram Abeid pour un éventuel dialogue

198
0
PARTAGER
biram solution politique

L’opposant farouche d’hier risque de faire cavalier seul au dialogue dans la douleur.

Biram Dah Abeid pose les conditions pour toute ouverture de dialogue afin d’apaiser les tensions qui sévissent sur la scène politique mauritanienne depuis le 22 juin dernier lors du scrutin passé.

Le candidat Biram qui est arrivé deuxième aux présidentielles passées risque de faire « cavalier seul » au dialogue, car pour le moment ses compagnons( les autres candidats) n’ont pas encore confirmé leur position,

Sensé être le chef de file de la structure de la prochaine opposition vu sa position au scrutin passé,   Biram  a entamé un dialogue avec le pouvoir en rencontrant le ministre porte-parole du gouvernement.

Il  liste ses conditions sans l’accord préalable de ces compagnons de guerre contre le hold- up électoral.

Voici le communiqué :

Dans le cadre de la main que les candidats de l’opposition ont tendu  au pouvoir pour apaiser le climat politique délétère qui a suivi l’annonce des résultats de la présidence le ministre porte-parole du gouvernement Seydina Ali Ould Mohamed Khouna a rendu visite à Birame Dah Abeid pour des premiers contacts de négociation.

Parmi les conditions  posées par Birame, la libération de tous les détenus post-electoral, l’apurement du Passif humanitaire (retour des déportés encore au Mali et au Sénégal, identification des tombes des militaires exécutés en 1990-1991,l’abrogation du décret d’amnistie, etc), la remise des documents d’État-civil à tous les Mauritaniens victimes du recensement biométrique, la révision des processus électoraux pour garantir la transparence des scrutins à venir, la gouvernance économique (répartition équitable des richesses), la reconnaissance effective des langues et cultures nationales.

Ainsi que la reconnaissance de tous les partis politiques, un dialogue avec tous les candidats de l’opposition.
Le financement des candidats aux élections présidentielles, l’élection anticipée législative et communale.
Le règlement du problème des terres spoliées, l’accès égalitaire aux médias d’état. 
Et enfin la refonte de la Ceni.

Deux fois candidat, malheureux à la présidentielle en Mauritanie, avec des séjours en prison, des voyages à l’étranger pour  organiser des sorties médiatiques en vue de dénoncer le régime en place,  Biram  sollicite aujourd’hui des rencontres avec le gouvernement pour dialoguer dans la douleur.

Biram Dah Abeid : «Établir un dialogue entre l’opposition et le régime aboutira certainement à la résolution de toutes les questions en suspens et qui préoccupent le peuple mauritanien. Nous demandons au gouvernement, en guise de bonne volonté, de libérer les politiciens et les journalistes tenus et de cesser toute poursuite à l’encontre des éléments de l’opposition à l’extérieur ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here