Accueil MAURITANIE Mauritanie : le torchon brûle entre le président Ould Ghazouani et...

Mauritanie : le torchon brûle entre le président Ould Ghazouani et Ould Abdel Aziz

1541
0
PARTAGER

Les tensions persistent entre les deux hommes  alliés depuis plus de 30ans. En effet, le nouveau et l’ancien président  sont en guerre , déclenchée au lendemain du retour  de Ould Abdel Aziz, pour  des raisons  du contrôle du parti UPR.

Cette tension qui dure depuis plus d’une semaine,  créée une méfiance  vis-à-vis des deux hommes.  Selon de sources concordantes, le président Ould Ghazouani a des yeux fixés sur l’ancien président  qui selon lui, Ould Abdel Aziz montre depuis son retour  la volonté de vouloir déstabiliser le pays en déstabilisant la gouvernance du Rais.

Ce comportement pousse  selon  les mêmes sources, au président Ould Ghazouani a faire les changements dans l’armée pour mieux  sécuriser sa  garde et  sécuriser le  pays contre les éventuelles manœuvres de son prédécesseur.

Cependant, si  la passation de pouvoir entre le président Mohamed Ould Ghazouani et Mohamed Ould Abdelaziz,  s’était passée dans le calme montrant ainsi une transition démocratique réussie, renforcée par la relation étroite qui lie les deux hommes.

Aujourd’hui tout laisser penser qu’une  grande brouille  s’est installée entre les  anciens  amis, considérés comme très  proches et complices  pendant des décennies.

L’absence de Ould Abdel  Aziz  a été très remarquée lors de la commémoration du cinquante-neuvième anniversaire de l’Indépendance du jeudi, 28 novembre 2019, la première fête nationale depuis  l’investiture  du président Ould Ghazouani.

Un boycott  qui confirme des  dissensions  apparentes entre les deux hommes.

Élu en 2009 et 2014, Ould Abdel Aziz qui avait manifesté  vainement de briguer un troisième mandat, avait déclaré avant de passer la main,  qu’il restera actif en politique en gardant le contrôle de l’UPR.

Mais l’essentiel des élus et des cadres de ce parti, qui dispose d’une confortable majorité à l’assemblée nationale, ont affirmé leur soutien au nouveau Raîs, qui vient de se séparer des chefs de la garde présidentielle nommés par son prédécesseur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here