Accueil MAURITANIE Mauritanie : le régime azizien et la tentative d’un troisième mandat

Mauritanie : le régime azizien et la tentative d’un troisième mandat

534
0
PARTAGER
Mohamed ould abdel aziz

Après les commentaires et  l’incitation de l’ancien premier ministre Ould Hadmine  et certains Oulémas mauritaniens  en faveur du troisième mandat voilà le tour du nouveau premier ministre, Mohamed Salem Ould Bechir d’inciter les populations    à manifester pour réclamer un autre mandat  pour le Raïs.

En effet, le Premier ministre mauritanien Mohamed Salem Ould Bechir a appelé les députés des Wilayas du Hod el-Gharbi et du Hod el-Chargui à organiser des manifestations demandant au président Mohamed Ould Abdel Aziz de se représenter pour un troisième mandat.

Lors de sa rencontre  avec  les députés des deux wilayas, le dimanche et lundi dernier, Ould Béchir a justifié sa requête  aux populations de ces deux localités,  de préserver les réalisations du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

A ces propos, l’opposition mauritanienne  qualifie  « d’appels à un coup d’Etat » les initiatives en faveur d’un 3e mandat. 

Elle met en garde lors d’un point de presse organisé lundi, 24 décembre pour les circonstances, le président  mauritanien contre le fait  de laisser des discours et incitations au coup d’état contre la constitution. 

Les leaders de l’opposition accusent  ould abdel aziz  d’être  complice de cette situation  qu’ils qualifient de haute  trahison

Une complicité qui pourrait lui coûter cher, faisant référence  aux conséquences désastreuses qui pourront  affecter la stabilité du pays et provoquer des graves crises du fait de  son attachement  au pouvoir. 

Mohamed O. Maouloud( président du FNDU)  et ses coéquipiers   menacent d’ester en justice ceux qui sont à l’origine de l’initiative demandant un troisième  mandat pour le président Mohamed O. Abdel Aziz, ajoutant qu’ils se dresseront face à toute tentative de toucher à la constitution ou perturber la stabilité du pays. 

A signaler que cette situation à moins de 6 mois des présidentielles  ouvre une nouvelle tension remarquable entre la majorité et l’opposition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here