Accueil MAURITANIE Mauritanie: le président du groupe extrémiste “Tounka Lemou koffo” écope un an...

Mauritanie: le président du groupe extrémiste “Tounka Lemou koffo” écope un an avec sursis

762
0
PARTAGER
Mauritanie: le président du groupe extrémiste

La cour criminelle de Nouakchott vient de condamner le  président du groupe d’extrémistes  féodaux Soninké ; qui se dénomme « Tounka Lemou koffo », c’est-à-dire « Rassemblement de Féodaux Esclavagistes » et certains  de leurs caciques qui inondent les réseaux sociaux d’injures esclavagistes; qui abusent du site Mauritanien Cridem avec du faux et usage de faux.

Certains membres et le président du groupe font  l’apologie de l’esclavage publiquement depuis plusieurs années en toute impunité.  L’affaire a été jugée le 19 novembre 2020 et  délibérée aujourd’hui 03 décembre 2020.

Leur président Boubacar Camara et Oumorou Camara ont pris un an avec sursis, Bouthié Dioumassi et Bouyé Dembélé ont écopé un (1) de prison ferme et 250 mille  ouguiyas d’amende chacun. Le président Boubacar Camara aurait pris la fuite pour la France, pensant qu’il va  échapper  à la justice mais il se trompe lourdement.

Le dénommé Fousseinou Camara très virulent sur les réseaux sociaux  écope six (6) mois de prison ferme et 200 mille ouguiyas d’amende. Lui aussi aurait pris la fuite pour la France et continue à narguer la justice de son pays. Voila toute la lâcheté de ces ignobles pervers vagabonds  féodaux du Guidimakha.

Ils sont soutenus par certains cadres de l’UPR dans la région, qui ont fait d’eux un électorat qui veut asseoir la continuité de l’esclavage coutumier par ascendance dans le milieu Soninké. Nous  ne comprenons pas comment ces individus ont pu échappés à la Cour chargée de juger les crimes de l’esclavage?

Nous appelons à mettre fin aux activités de ces criminels endurcis dans le grand banditisme dont l’ultime  but est d’humilier les victimes de l’esclavage, qui ont du mal à effacer les lourdes séquelles qu’elles trainent dans les villages.

Nous exigeons que le tribunal de Selibaby mette fait aux faux procès qu’ils déclenchent et engagent contre les victimes de l’esclavage par ascendance avec la complicité du procureur pour  les humilier  d’avantage. 

Lâcheté féodale sans limite, ils ont fui  abandonnant femmes, enfants, villages qu’ils prétendaient « défendre » et leur pays. L’esclavage est un crime contre l’humanité chers messieurs. 

Diko Hanoune

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here