Accueil MAURITANIE Mauritanie/Fête du 1er mai: les rassemblements plaidant la cause des travailleurs plombés...

Mauritanie/Fête du 1er mai: les rassemblements plaidant la cause des travailleurs plombés par le Covid

256
0
PARTAGER
Mauritanie/Fête du 1er mai: les rassemblements plaidant la cause des travailleurs

Adressant ses félicitations aux travailleurs à l’occasion de la fête internationale du 1er mai qui sera célébrée samedi de par le monde, la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM), a regretté l’impossibilité de célébrer en grandes pompes cet évènement socioprofessionnel annuel, en raison des restrictions imposées par la pandémie du Covid-19.

Dans un long communiqué publié à cette occasion, la CGTM estime, « qu’il est temps, surtout en cette période d’érosion des emplois, que des négociations sociales tripartites véritables, basées sur le respect des dispositions législatives et règlementaires en la matière, soient tenues entre les partenaires sociaux afin que des solutions adéquates soient trouvées pour une meilleure reprise économique et sociale dans le pays et une amélioration des conditions de vie et de travail de tous les travailleurs et de toutes les travailleuses dans notre pays ».

La confédération a exhorté également les les travailleurs « à sauvegarder l’esprit et la mémoire des acquis que leurs collègues Ouvriers de l’ex-MIFERMA (devenue SNIM) leur ont légués depuis le 29 mai 1968, suite à leur grève générale historique massacrée dans le sang, pour perpétuer l’héritage et le flambeau de la détermination du mouvement syndical national à jouer son rôle d’avant-garde dans la lutte pour l’émancipation de notre peuple multi-ethnique et riche de sa diversité pour un bien-être commun de toutes ses composantes nationales.

La CGTM a appelé les gouvernements à faire de la création d’emplois un objectif central pour assurer la reprise et renforcer la résilience, rappelant que le plein emploi, inscrit dans la constitution de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), doit demeurer une priorité.

Ce qui selon l’organisation syndicale requiert entre autres l’accroissement de l’investissement public, la stimulation de la création d’emplois de qualité, l’investissement dans le secteur public et la création de programmes publics d’emploi ainsi que l’investissement dans l’éducation et la formation et l’institutionnalisation du Travail informel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here