Accueil MAURITANIE Mauritanie/ fête de l’indépendance : une date qui divise le pays

Mauritanie/ fête de l’indépendance : une date qui divise le pays

66
0
PARTAGER

Le 28 novembre reste cette date qui divisera la Mauritanie à jamais. Une date qui marque deux évènements mémorables où dans côté la Mauritanie entière célèbre son indépendance vis-à-vis de l’hégémonie des puissances coloniales et de l’autre côte la communauté négro mauritanienne se rappelle des souvenirs douloureux de cette date en 1990 où 28 officiers et soldats de cette communauté ont été triés par hasard dans un camp militaire d’inal, puis pendus.

Un crime sans acte d’accusation, sans jugement et surtout sans aucune raison que celle de verser le sang de 28 jeunes guerriers kwars( noirs), immolés à l’autel d’un culte satanique. 28 soldats dont deux frères, suppliant chacun leurs bourreaux pour passer le premier afin de n’avoir pas à assister le supplice de l’autre.

À chaque célébration, pendant que les officiels célèbrent dans la joie l’accession à la souveraineté du pays, les familles des victimes pleurent et manifestent dans la tristesse pour demander justice et réparation pour ces militaires sacrifiés il y a 30 ans.

une manifestation qui s’élargit dans les villes et villages mauritaniens mais aussi à l’étranger où toute la diaspora mauritanienne prend part à cette manifestation pour demander haut et fort la justice.

Après ce geste macabre et odieux, le pays a perdu tout symbole de la nation, de l’unité nationale, de l’appartenance à une même patrie pour soulever ensemble le même drapeau.

Un acte que la communauté victime n’arrive pas à oublier, un acte transformé en haine, en racisme, en révolte et en vengeance que les autorités de l’État du passé, au présent comme au futur n’arriveront ne jamais faire oublier pour changer la donne.

Quel que soit le lieu où cette fête est célébrée, même dans les villes de vallée comme Kaedi autre fois, la plaie reste toujours ouverte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here