Accueil Economie Mauritanie : convention de 230 millions d’ouguiyas MRU de l’AFD ...

Mauritanie : convention de 230 millions d’ouguiyas MRU de l’AFD et d’ATTIJARI Bank pour booster les PME

306
0
PARTAGER

Le Groupe Agence Française de Développement (AFD) en Mauritanie, par l’intermédiaire de  sa filiale PROPARCO, dédiée au secteur privé et ATTIJARI Bank Mauritanie (ABM)-filiale du groupe marocain « ATTIJARAWAFA Bank ont  mis sur la table un montant global de 5,5  millions d’euros, soit 230 millions d’ouguiyas N-UM  pour soutenir  les petites et moyennes entreprises  (PME) afin de  renforcer le climat des affaires et développer  le partenariat public privé en Mauritanie.

Deux conventions de garanties destinées à couvrir des prêts au secteur privé ont été signé  mercredi, 11 décembre par le Directeur Général d’ATTIJARI Bank Mauritanie (ABM), Mohamed Boubrik, et le Directeur Régional Afrique du Nord pour PROPARCO, Yazid Safir.

Un total de 140 Petites et Moyennes Entreprises (PME) mauritaniennes devraient bénéficier de prêts grâce à ces 2 garanties.

Selon le document  de la signature,  la première garantie de type ARIZ, est destinée aux  prêts allant de 10.000 à 300.000 euros dans un grand nombre de secteurs clés de l’économie.

Tandis qu’une tranche  de 3 millions d’euros de prêts   sera  accordée  aux  PME sur la  garantie de PROPARCO.

Quant à la  seconde garantie de type EURIZ, elle vise plus spécifiquement des secteurs à fort impact social ou sociétal. Sur ce, les  secteurs de l’agriculture, de la pêche,  l’éducation et  de la santé, seront ainsi directement ciblés.

Et un troisième portefeuille de 2,5 millions d’euros de prêts, de 5000 à 1 million d’euros chacun, consentis par ABM aux PME,  seront garantis par PROPARCO.

A souligner que les petites et moyennes entreprises (PME) constituent l’essentiel du tissu économique dans les pays en développement et émergents. Pour créer et développer leurs activités, elles ont besoin de ressources financières, à moyen et long terme. Mais souvent perçu comme une clientèle risquée, leur accès au financement reste très limité.

Et les difficultés d’accès au crédit représentent  le principal  frein au développement du secteur privé en Mauritanie. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here