Accueil MAURITANIE Mauritanie: Communiqué de la CVE

Mauritanie: Communiqué de la CVE

928
0
PARTAGER
cve

La Commission Exécutive (C.E.) de la Coalition Vivre Ensemble (CVE) s’est réunie en session extraordinaire le 31 Mai 2020, sous la présidence de son Président, Dr Kane Hamidou Baba.

A cette occasion, la C.E. a essentiellement abordé deux points :
– l’évaluation de la pandémie de la COVID-19 en Mauritanie, les mesures de suivi et d’accompagnement adoptées par l’Etat et les diverses conséquences nées de leur application ;
– projet d’organisation des assises sur l’unité nationale et la marche contre l’exclusion qui étaient prévues pour les mois de Mars et Avril passés mais qui, pour cause de COVID-19, ont été reportés.

Sur le premier point, après analyse approfondie de la situation nationale, la C.E. est arrivée au constat alarmant que les sorties triomphalistes des pouvoirs publics annonçant que la COVID-19 était vaincue en terre mauritanienne, au point de susciter espoir et de recevoir les félicitations du monde pour l’efficacité de sa « stratégie », n’étaient hélas que chimères, discours prématurés et affirmations à l’emporte-pièce.

Plus les jours passent, plus la situation sanitaire montre que la pandémie prend de l’ampleur, tant par son implantation sur toute l’étendue du territoire national, que par le nombre de testés positifs, de contacts et de morts. Le bilan macabre décliné par points de presse journaliers des responsables de la lutte contre cette pandémie indique, jour après jour, que la situation, plus que catastrophique, est devenue hors de contrôle, jetant l’émoi et la panique dans les foyers, chez les entreprises ainsi que dans tous les secteurs de l’économie formelle et informelle.

La gestion chaotique et hasardeuse par les pouvoirs publics, doublée d’une opacité totale dans la distribution des vivres aux populations qui le méritent, confirme, s’il en était besoin, qu’il n’existe pas ou prou une stratégie claire, efficace et connue pour lutter contre cette maladie.

Les prétendues mesures prises pour faire respecter les gestes-barrière dans les lieux à haute contamination communautaire ont montré leurs limites ; que ce soit dans les marchés, les transports publics, ou certaines places publiques. Aussi, la CVE constate avec consternation la passivité dans la recherche des cas signalés, le faible niveau des tests réalisés par jour et la prise en charge médiocre des malades sous traitement.

Au même moment, le soutien aux populations démunies, par la distribution de vivres – déjà décriée par son opacité pour ne pas dire sa complaisance – a vite été abandonné alors que des milliers de ménages, notamment de l’intérieur du pays, sont de plein fouet frappés par la précarité. Même l’objectif de 30.000 foyers annoncé à grande pompe, avec tambour et trompette, n’a, apparemment pas, été atteint au vu de la clameur et des protestations qui ont suivi cette opération, qui a vite tourné en queue de poisson.

Les vivres, nettement insuffisants, ont été presque distribués à la tête du client ! Sur le plan de l’éducation, le projet (mort-né) de l’enseignement à distance via la radio et la TVM a montré ses limites; à cela s’ajoute un manque criant de visibilité du calendrier d’une éventuelle reprise des cours ou de l’organisation des divers examens (entrée en 6eme, brevet, baccalauréat)..

Tout cela a démontré, à suffisance, que les pouvoirs publics, loin d’adopter une stratégie payante, ne font qu’évoluer, en solo, dans une inquiétante gestion du jour au jour et une politique de lutte à courte vue propre à ceux qui ne savent éviter ni les houles, ni les récifs.

Pire, la sécurité que devait procurer le déploiement de l’armée aux frontières (notamment Sud) commence à inquiéter.  L’évènement tragique de la mort de Abbas Diallo, tué la nuit du 28 Mai 2020 à Wending (Moughataa de M’Bagne) par un soldat, constituant un triste exemple. Et c’est le lieu de rappeler, ici, que la CVE condamne énergiquement ce meurtre, demande l’arrestation immédiate de l’auteur, qu’une enquête objective soit menée et que justice soit rendue.

A ce titre, la CVE apportera son appui à la famille du disparu, moralement et matériellement dont la mise en place d’un collectif de défense et d’un comité de soutien pour que plus jamais de tels incidents ne se reproduisent.

La CVE, de plus en plus préoccupée par le  manque criant de résultats de la prétendue stratégie adoptée par les pouvoirs publics, s’est investie, très tôt, dans la lutte contre cette pandémie et a, dans sa contribution à l’effort national, mené une campagne d’aide aux démunis, tant à Nouakchott qu’à l’intérieur du pays, par les actions de sensibilisation et la distribution de kits alimentaires.

De même, la CVE a disponibilisé un important stock de kits sanitaires qui devait être remis à l’Etat ; mais devant le peu d’entrain de ce dernier à venir récupérer lesdits kits, le Comité de lutte contre la Covid-19 mis en place par la CVE compte procéder à leur distribution par ses équipes vouées à cette mission.

La CVE tient à féliciter ces équipes qui, avec courage et détermination, s’acquittent de leur mission, tout comme elle félicite et remercie tous ses militants et sympathisants, de l’intérieur et de la diaspora, pour leur précieuse contribution.

La CVE, au vu de l’ampleur prise par la pandémie, se fait l’obligation d’intensifier sa campagne de collecte de fonds et de produits et, selon ses moyens, de se tenir, avec constance, aux côtés des nécessiteux. Cette attitude continuera, s’il plait à Dieu, jusqu’à l’éradication totale de cette maladie.

La CVE, constatant, comme tous les mauritaniens, l’échec patent des mesures mises en place par les pouvoirs publics pour lutter contre la COVID-19, recommande à l’Etat de tirer toutes les conséquences de cet échec et trouver, au plus vite, une stratégie claire, concertée et efficace qui prendra en compte, entre autres :
– le respect strict des mesures-barrières ;
– une distribution généralisée et sans complaisance de kits alimentaires et sanitaires aux démunis, tant à Nouakchott qu’à l’intérieur du pays ;
– le rapatriement par voie aérienne des citoyens mauritaniens qui le désirent, dans le respect des mesures sanitaires requises ;
– l’ouverture temporaire des frontières terrestres avec indication de points de passage obligés ;
– le rappel aux forces de sécurité de leur devoir de protection (des frontières), sans dérives…

Enfin, dans le dernier point objet de sa réunion, la Commission Exécutive de la CVE réaffirme sa volonté d’organiser des assises sur l’unité nationale et une marche contre l’exclusion aussi bien à l’intérieur, que dans les pays d’accueil de la diaspora mauritanienne. Les dates des assises et de la marche seront communiquées à l’opinion publique dès que la situation le permettra.

Nouakchott, le 1er Juin 2020

La Commission Exécutive

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here