Accueil MAURITANIE Mauritanie: bilan mitigé des droits de l’homme selon HRW

Mauritanie: bilan mitigé des droits de l’homme selon HRW

910
0
PARTAGER
human right watch mauritanie

La situation des droits de l’Homme s’est détériorée en 2020 en Mauritanie sur fond de répression contre les voix libres, à l’instar des commentateurs des réseaux sociaux, des blogueurs exprimant des opinions critiques à l’égard du régime, selon un nouveau rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW).

L’ONG met en exergue dans son rapport annuel sur la situation des droits de l’Homme dans le monde la répression subie par les commentateurs des réseaux sociaux, les blogueurs et les journalistes exprimant des opinions critiques à l’égard de la Mauritanie, faisant savoir que, “La première année de la présidence de Mohamed Ould Ghazouani n’a été marquée par aucun progrès pour réviser les lois répressives pénalisant la diffamation, la diffusion de “fausses informations“, la cybercriminalité et le blasphème; les autorités se servent de ces lois pour poursuivre et emprisonner des défenseurs des droits humains, des activistes, des journalistes et des blogueurs.”

Elle précise “L’esclavage, sous certaines formes, n’a toujours pas été éliminé, en dépit des multiples lois qui l’interdisent et des tribunaux spécialisés dans les procès contre ceux qui réduisent des personnes en esclavage.”

“La loi mauritanienne ne définit pas suffisamment le crime de viol et les autres formes d’agression sexuelle, même si un projet de loi sur la violence à l’égard des femmes et des filles, contenant des définitions plus spécifiques, est en attente devant le Parlement.” 

“Le 3 mai, les autorités ont arrêté un blogueur et journaliste du site Alakhbar.info, Mommeu Ould Bouzouma, pour un tweet dans lequel il qualifiait d’« erratique » la façon dont les autorités du district de Tiris Zemmour appliquaient le confinement décidé par le gouvernement en raison du Covid-19. Les autorités ont libéré Bouzouma le 15 mai, après que gouverneur de la région avait retiré sa plainte contre lui.”

Vous pouvez lire le reste du rapport ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here