Accueil MAURITANIE Mauritanie: Abdel Aziz rejoigne t-il l’opposition? quel sera son avenir?

Mauritanie: Abdel Aziz rejoigne t-il l’opposition? quel sera son avenir?

1407
0
PARTAGER
abdel aziz

Il semble que l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz ait décidé de s’engager dans l’opposition, ce qui nous oblige à poser la question prospective suivante: quel avenir pour l’ancien président dans l’opposition?

Le prélude à toute réponse analytiquement cohérente à cette question nous oblige à poser la question que nous n’avons pas osé poser au cours de la dernière période en raison de l’absence d’informations. C’est la question qui dit: l’ancien président a-t-il quitté le pouvoir volontairement ou a-t-il été contraint de le quitter?

Après avoir lu attentivement tous les événements qui se sont produits au cours des derniers mois. Il est devenu plus probable pour moi que Mohamed ould Abdel Aziz n’a pas volontairement quitté le pouvoir, mais a été contraint de le quitter. Mes preuves à ce sujet peuvent être résumées dans les points suivants:

1 – La manière dont la déclaration présidentielle, qui a suspendu l’initiative du Parlement demandant un troisième mandat, suggère qu’il y a un parti qui est intervenu au dernier moment pour imposer la suspension de cette initiative, avant même que le président ne retourne dans son pays.

2- La réaction de l’ancien président après l’annonce de la candidature de Ghazouani. Tantôt il disait que le candidat Ghazouani était celui qui s’était présenté lui-même, tantôt il disait qu’il était le candidat majoritaire. Le plus évident de tous est les fuites contre le candidat, ainsi que ce qui a été observé à partir de tentatives sérieuses de contrecarrer sa campagne et de saisir ses fonds. L’ensemble de ces actions a renforcé la gravité de l’hypothèse que l’ancien président travaillait déjà pour le candidat Ghazouani à ne pas gagner au premier tour, et que l’objectif était de le contraindre par sa victoire à signer un accord en second tour avec le candidat classé troisième. L’accord sera une carte de pression que l’ancien président utilisera pour imposer un rôle dans la gestion des affaires du pays après son départ du pouvoir.

3- Après l’échec de ce scénario, et après que le candidat Ghazouani a réussi à s’imposer au premier tour, un état de confusion s’est produit, dont l’un des résultats a été l’imposition d’un état d’urgence injustifié. Et pourquoi l’internet a-t-il été interrompu pendant plusieurs jours, d’autant plus que l’ancien président n’a pas pensé – même une seule fois – au cours de son mandat à couper Internet?

4- Après avoir dépassé ces événements, l’opinion publique a été surprise par une tentative de conclusion d’un accord en temps d’arrêt entre le système sortant et le candidat classé deuxième (Biram Dah Abeid). Les représentants demandant cet accord ont échoué.

Il est très difficile de déterminer les raisons qui ont poussé le président sortant à faire de gros efforts pendant les quelques heures précédant l’investiture du président Ghazouani afin de signer un accord avec le candidat Biram. Il est très difficile d’en déterminer les raisons, mais il est probable que la signature de cet accord ait été une tentative d’arrêt pour éviter l’échec du plan qui cherchait à entraîner Ghazouani à signer un accord avec le candidat Biram. Cet accord sera une carte que l’ancien président jouera pour s’assurer que son rôle, dans les affaires du pays, soit imposé après l’investiture du président Ghazouani. Ce plan a aussi échoué. 

Il est vrai que ce n’est qu’une hypothèse qui peut ou non être correcte, mais elle restera en tout cas une hypothèse analytiquement cohérente, et ce qui augmente sa cohérence et sa force, c’est le grand nombre de questions qui se posent sur la nature de la relation qui associe l’ancien président et le candidat Biram, ainsi que les rôles réciproques que chacun fournit les uns des autres. 

Les doutes sur la nature de cette relation ont augmenté avec un nouveau point d’interrogation, après que le député Biram a décidé de s’opposer fermement à la formation de toute commission parlementaire pour enquêter sur la décennie de l’ancien président.

Les plans de l’ancien président n’ont pas abouti, et la fin de ces plans a été la tentative infructueuse que Abdel Aziz a menée pour contrôler le parti via le comité directeur, dans lequel il s’est réuni après son retour du pays, grâce auquel il a essayé de fixer une date pour le congrès du parti.

L’ancien président a échoué dans sa dernière tentative de s’emparer du parti, et l’un des résultats de l’échec de cette tentative a été qu’il s’est retrouvé seul, ou plus correctement et avec précision, il s’est retrouvé dans une alliance de trois personnes au sein d’un parti qui aurait plus d’un million d’adhérents!

Il a été confirmé à l’ancien président que la majorité de son parti s’était prononcé à se rallier au nouveau président, alors il a décidé de tenter sa chance avec l’opposition. Cette tentative réussira-t-elle? Et quel avenir pour l’ancien président dans l’opposition?

Il y a ceux qui parlent de la possibilité que l’ancien président joue un rôle en s’opposant à l’actuel président, et ceux qui détiennent cette opinion poussent le cas du défunt président, Ely Ould Mohamed Vall, qui a pu jouer un rôle de leader dans l’opposition après son départ du pouvoir.

Les détenants de cette opinion oublient qu’il existe de nombreux points de divergence entre les deux présidents, dont les plus importants sont peut-être:

1- Que le défunt président, Ely Ould Mohamed Vall, n’a pas accompli deux ans à la présidence, tandis que ould Abdel Aziz a achevé onze ans. Cette période est suffisante pour que les gens se lassent d’un président qui a fait de grandes réalisations, alors comment, si l’affaire concerne un président, de nombreuses questions se posent sur ses réalisations?

2 – Le défunt président, Ely, a traité l’opposition de manière très positive pendant son règne, tandis que l’ancien président l’a traité avec un très grand négatif, et il l’a même délibérément frappé.

3- Le défunt président Ely Ould Mohamed Vall a rejoint l’opposition après le coup d’État contre un président élu, tandis que Abdel Aziz tente de s’engager dans l’opposition après l’élection d’un nouveau président. 

Il ressort de ces points de différence, qu’il n’y a absolument aucune comparaison entre le défunt président, et l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz. Il est certain que ce dernier ne trouvera pas sa place dans une opposition qui ne garde aucune bonne mémoire pendant les onze années au cours desquelles il a assumé la présidence du pays. 

Au contraire, l’opposition est maintenant très désireuse de l’affronter, et elle n’attend pas pour se tenir aux côtés du Président de la République dans une éventuelle confrontation avec l’ancien Président. N’attendez pas cela, sauf que le Président de la République donne le signal pour déclencher la confrontation.

L’ancien président a levé l’embarras de son ami, le président de la République, par sa tentative infructueuse de s’emparer du parti, ce qui a forcé à Ghazouani à intervenir pour tirer le tapis sous les jambes de l’ancien président, et lui a laissé vivre dans un isolement politique qui pourrait durer longtemps…

Et si l’ancien président continu de hisser la bannière de l’opposition au mépris de son ami, Ghazouani pourrait peut-être le faire réfléchir à la satisfaction d’une demande soulevée par beaucoup, l’ouverture d’une enquête sous son règne. Et si le président de la République en décide ainsi, sa popularité augmentera sûrement, et à ce moment-là, il deviendra clair pour l’ancien président qu’il s’est trompé pour hisser la bannière de l’opposition, tout comme il avait précédemment commis une erreur dans sa tentative ratée de voler l’Union pour la République.   

Que Dieu protège la Mauritanie ..

Mohamed El-Amine Ould Fadel

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here