Accueil MAURITANIE Macron en Mauritanie : il a parlé de tout sauf des droits...

Macron en Mauritanie : il a parlé de tout sauf des droits de l’homme

169
0
PARTAGER
Macron et aziz

Macron en Mauritanie, On savait qu’Aziz en privé était un francophile mais personne ne pouvait imaginer qu’il allait le prouver à la TVM sans rougir. Il faut dire que la traduction a dû se faire en arabe or la majorité des citoyens n’y saisit goutte.

Par contre, bien des bilingues révisionnistes, comme ce brillant indigène lettré formé en France en journalisme, ont dû avoir la gorge sèche en écoutant l’échange entre Aziz et Macron à son arrivée à l’aéroport Oumtounsi ; baptisé ainsi par le régime azizien au nom d’un accrochage entre pacificateurs franco-mauritaniens et les ennemis des pères de l’état mauritanien. Pour le régime azizien, il s’agissait d’un haut fait d’armes de la résistance mauritanienne contre le colon français quand pour d’autres, notamment l’ex colonel Beibacar qui donne des explications, il ne s’agissait que d’un règlement de comptes tribal.

Toujours est-il que le régime Azizien, révisant l’histoire coloniale sans pincettes, divisa les mauritaniens à ce sujet ce qui n’épargna pas l’éclat de la mémoire de grands marabouts visionnaires sans lesquels la Mauritanie n’existerait pas et nous serions marocains, algériens, maliens ou sénégalais.

Le drapeau des origines de l’état mauritanien à ce jour a été atteint de deux bandes rouges au nom de la mémoire de cette résistance comme si les soldats morts pendant la guerre du sahara sous l’ancien drapeau n’étaient pas patriotes.

Quant à l’usage du français en Mauritanie : les télés nationales et privées ont permis à des extrémistes souvent ignorants et toujours mal intentionnés d’indexer des régions et des tribus entières. Cela dit, ils ont raison de réclamer de le respect de la constitution d’où le français a été expulsé en 1991 jusqu’à nos jours sans qu’aucun francophone du pouvoir ou de l’opposition ne fasse campagne contre cette bêtise à laquelle l’administration doit d’être hors la loi car l’essentiel se fait toujours en deux langues officiellement.

Autant dire que tout le monde attendait l’arrivée de Macron à l’aéroport Oumtounsi pour écouter l’échange entre lui et l’homme de l’histoire révisée, le chef d’un régime qui a excité les foules contre l’usage du français et la France coloniale en général comme si ce qui s’est passé chez nous pouvait être comparé à ce qu’ont connu les algériens ou même les martyrs de Thiaroye au Sénégal.

Ce fut le choc sémantique mais pas celui qu’on attendait…

D’abord seul Aziz a prononcé le mot histoire, Macron, bien briefé par les autorités compétentes notamment l’ambassadeur Meyer et ses équipes, a évité tous les pièges, tous les sujets qui pouvaient fâcher, aucune tentative d’humour, rester sérieux et chaleureux.

C’est là à l’aéroport Oumtounsi lors de son discours d’accueil qu’Aziz a lâché la phrase de collaborateur, au sens historique du terme, qui fait rougir la version officielle et la propagande à propos d’Oumtounsi ; Macron s’est contenté de parler sécurité, économie et culture.

Qui pouvait imaginer que le Aziz du rouge, le Aziz d’Oumtounsi allait prononcer cette phrase que Moctar Ould Daddah et tous les pacificateurs auraient pu prononcer à sa place (notez « les liens fortement ancrés dans l’histoire et nourris… ») :

« …Votre présence, Monsieur le Président parmi nous, revêt une importance particulière ; elle traduit la profondeur des liens séculaires qui unissent la France et la Mauritanie, des liens fortement ancrés dans l’histoire et nourris par un partenariat dense et diversifié.

Les relations entre les deux pays ont connu récemment des avancées significatives dans plusieurs domaines vitaux comme la défense, la sécurité, l’énergie, la santé, l’éducation et la formation professionnelle, le tourisme et la culture. »

Après Aziz, Macron plaça diplomatiquement une phrase qui, mine de rien, démaquille l’histoire et rappelle le présent face à la TVM : promouvoir l’enseignement du français…

Il faut savoir que cet enseignement décomplexé semble réservé à l’élite de l’école polytechnique de Nouakchott pendant que les enfants du commun des mortels sont livrés à la propagande contre le français…

Extrait du discours de Macron : « L’Agence Française de Développement est en train d’accroître sa présence ici. Plus de 40 millions d’euro de projets sont en train de se déployer et nous allons poursuivre dans tous les domaines cette action.

C’est également sur plan de l’enseignement français, de l’accompagnement de l’enseignement supérieur que je veux que nous puissions améliorer la chose et évidemment la culture. »

La suite on la connaît. Un séjour de Macron tout en accolades avec l’ami Aziz aux petits soins jusqu’à laisser poireauter dans leur résidence des chefs d’état venus pour le sommet et n’inviter à dîner à la plage que Macron.

Conclusion : Aziz montre enfin aux mauritaniens qu’il n’a rien contre la France ni l’histoire coloniale. Le reste c’était de la politique intérieure pour balader les foules mais maintenant qu’il s’en va, il montre le vrai visage d’un francophile qui ne demande finalement à la France que de ne pas s’occuper des problèmes internes mauritaniens comme le font d’autres à propos ce qui occupe tous les médias : racisme, esclavage, marginalisation des hratines, en somme les droits de l’homme en général.

C’est apparemment réussi…

VLANE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here