Accueil MONDE L’Irak décide d’expulser les Etats Unis

L’Irak décide d’expulser les Etats Unis

620
0
PARTAGER

Le ton monte chaque jour entre les États-Unis et l’Iran. La mort du général iranien QassemSoleimani, vendredi, dans une frappe américaine en Irak fait craindre un embrasement au Moyen-Orient. Le président américain Donald Trump menace de nouvelles représailles.

Les assassinats du général Soleimani et d’Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, une coalition irakienne de paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces de sécurité, ont créé un consensus rare contre les États-Unis en Irak, secoué depuis des mois par une révolte notamment contre la mainmise de l’Iran.

Au Parlement, en l’absence des députés kurdes et de la plupart des députés sunnites, de nombreux élus ont scandé “Non à l’Amérique !”. Le chef du Parlement Mohammed al-Halboussi a ensuite lu une décision qui “contraint le gouvernement à préserver la souveraineté du pays en retirant sa demande d’aide” au Conseil de sécurité de l’ONU pour combattre le groupe jihadiste État islamique (EI), et donc à retirer son invitation à la coalition internationale. Cette dernière a déjà dit avoir “suspendu” le combat contre l’EI, car elle se consacre désormais “totalement” à la protection de ses troupes.

Quelque 5 200 soldats américains sont actuellement stationnés en Irak. Si le vote a été salué par l’Iran, Donald Trump a très vivement réagi, évoquant la possibilité d’imposer des sanctions “très fortes” à l’encontre de Bagdad. “S’ils nous demandent effectivement de partir, si nous ne le faisons pas sur une base très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vu auparavant”, a-t-il lancé. “Nous avons une base aérienne extraordinairement chère là-bas. Elle a coûté des milliards de dollars à construire. Nous ne partirons pas s’ils ne nous remboursent pas !”, a-t-il martelé.

Face à la montée des tensions, Washington a annoncé récemment le déploiement de 3 000 à 3 500 soldats supplémentaires dans la région.

Dénonçant des “violations de la souveraineté de l’Irak”, Bagdad a annoncé dimanche avoir convoqué l’ambassadeur américain et porté plainte auprès du Conseil de sécurité de l’ONU. Les morts de Soleimani et Mouhandis ont suscité une immense émotion en Irak et en Iran.

Afp

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here