Accueil ETATS-UNIE Les États-Unis s’opposent á une enquête de la CPI et menacent les...

Les États-Unis s’opposent á une enquête de la CPI et menacent les magistrats

291
0
PARTAGER
Les États-Unis s'opposent á une enquête de la CPI et menacent les magistrats

Donald Trump a signé jeudi un décret autorisant les États-Unis à empêcher les employés de la Cour pénale internationale d’entrer dans le pays ainsi qu’à les pénaliser financièrement. L’administration Trump, qui critique depuis des mois la CPI, s’oppose à l’ouverture d’une enquête pour crimes de guerre en Afghanistan.

Pour El País, c’est un nouveau “coup” porté à la Cour pénale internationale, qui s’ajoute “à l’obstruction constante” de Washington.

Le Guardian parle, lui, d’une “offensive juridique et économique” contre la CPI en réponse à l’ouverture d’une enquête pour crimes de guerre en Afghanistan. Jeudi, Donald Trump a signé un décret autorisant les États-Unis à geler les avoirs des magistrats participant aux investigations mais aussi à “imposer des restrictions de visa aux familles de ces officiels”, précise le quotidien britannique.

Politico note que le 45e président américain a également déclaré une urgence nationale face à la “menace” que poserait selon lui la CPI. “Une action qui pose les bases légales pour de futures sanctions”, commente le site.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo, le ministre de la Défense Mark Esper et le ministre de la Justice Bill Barr ont justifié lors d’une conférence de presse commune cette décision “dans une démonstration sans précédent de la puissance de feu de l’administration”, constate le Washington Post.

“Nous ne pouvons pas et ne resterons pas sans rien faire quand nos concitoyens sont menacés par un tribunal fantoche”, a prévenu M. Pompeo. M. Esper, cité par The Hill, a rappelé que son pays “pouvait mener les actions appropriées comme nous l’avons régulièrement fait dans le passé”, suggérant qu’un tribunal international n’était pas nécessaire pour condamner des actes répréhensibles commis par un Américain.

La BBC souligne toutefois que le président Trump a “pardonné des soldats poursuivis aux États-Unis pour des crimes de guerre en Afghanistan”.

le courrier international

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here