Accueil Economie Les dessous de l’affaire Bolloré

Les dessous de l’affaire Bolloré

173
0
PARTAGER
affaire Balloré

Visiblement le mois d’avril est suicidaire pour le régime guinéens m en place. Mariama Camara  connue sous le nom de Mariama SOGUIPAH actuelle ministre de l’agriculture est inculpée dans une affaire de corruption par la justice belge.

Nos confrères du site d’information l’Écho est largement revenu sur l’inculpation d’une personnalité et pas la moindre il s’agit d’une ancienne Baronne du feu président le Général Lansana Conté.

En effet la justice française veut savoir si Bolloré a utilisé les services d’Havas pour peser sur la campagne présidentielle en Guinée et se voir attribuer la gestion des ports de Conakry et Lomé.

Sept ans après le début de l’enquête, quatre entités du groupe Socfin, actif dans la production d’huile de palme et de caoutchouc, et cinq personnes physiques – dont son actionnaire majoritaire, le belge Hubert Fabri, très proche de Vincent Bolloré – comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel, avant que l’affaire ne soit renvoyée du 23 au 25 mai. Parmi les prévenus figure une Guinéenne, Mariama Camara, qui sera jugée pour corruption passive.

La ministre de l’Agriculture impliquée

Cette ancienne directrice de la Société guinéenne du palmier à huile et hévéa (Soguipah) – et qui fut à la tête de cette entité d’État pendant une trentaine d’années – est devenue ministre de l’Agriculture, le 27 décembre dernier, nommée par le président Alpha Condé. Selon le magazine Complément d’enquête, les enquêteurs français se demandent si le Président Condé n’a pas concédé le port de Conakry à Vincent Bolloré contre le financement de sa campagne présidentielle victorieuse en 2011.

Mariama Camara est soupçonnée d’avoir encaissé plus de 4,2 millions d’euros pour son bénéfice personnel – ce qu’elle conteste – par le truchement des autres prévenus, qui seront jugés pour abus de confiance, corruption active, faux et usage de faux et blanchiment.
L’affaire prend sa source dans une autre procédure, toujours en cours: le volet “évasion fiscale” du même dossier. En première instance, le tribunal avait conclu à l’irrecevabilité des poursuites avant que la cour d’appel ne le déjuge et ouvre la porte à un nouveau procès, en février dernier. Mais la procédure qui s’annonce à Bruxelles est bien plus dérangeante pour le groupe Socfin, qui appartient à 50,7% à l’ucclois Hubert Fabri, 66 ans, homme-lige de Bolloré en Afrique.

En 2009, lors d’une perquisition menée au siège des sociétés du groupe Socfin dans le cadre du dossier d’évasion fiscale présumée, instruit par le juge bruxellois Jean-Claude Van Espen, les enquêteurs saisissent des documents en rapport avec la société Socficom, basée au Liechtenstein et qui servait à rémunérer les employés du groupe Socfin à l’étranger. Sur des documents saisis, les enquêteurs trouvent des traces de versement avec la mention suivante: “avance WAT”, comme West African Trading, société de droit anglais détentrice des contrats de commercialisation entre les plantations du groupe Socfin et la Soguipah.

Cette société-écran (dénomination que conteste la défense) avait signé une convention avec la Soguipah de Mariama Camara. Chaque année, entre 2002 et 2010, la Soguipah faisait réserver 5% du prix d’achat de son caoutchouc au titre d’une “dette fournisseur”. Mais selon les éléments du parquet de Bruxelles, cet argent était en fait transféré sur les comptes personnels de Mariama Camara, en France et en Suisse au titre de commissions occultes. En 2011, l’affaire est mise à l’instruction. En 2015, les prévenus étaient renvoyés devant le tribunal.

Mariama Camara a été nommée ministre en décembre par le Président guinéen lequel avait donné la concession du port de Conakry à Vincent Bolloré.

Selon les arguments de la défense, Mariama Camara touchait cet argent en parfaite transparence avec le gouvernement guinéen, afin “d’optimaliser le fonctionnement de la Soguipah.

L’argent pour payer des pièces de rechange est resté entre les mains de Mariama Camara parce que la société guinéenne ne pouvait pas avoir de compte à l’étranger”, a affirmé l’un des prévenus aux enquêteurs.

Dans un courrier adressé au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders en 2011, son homologue guinéen avait fustigé l’enquête belge et clamé “qu’aucun reproche ne peut être fait à la directrice générale (de la Soguipah, NDLR) dont l’intégrité exemplaire et le professionnalisme ont été reconnus, année après année, depuis sa nomination”.

La Soguipah ne s’est pas constituée partie civile. Quant à Vincent Bolloré, il n’a été ni inculpé, ni entendu par les enquêteurs.

Le groupe Socfin, coté à la Bourse du Luxembourg, est actif dans une dizaine de pays d’Afrique et d’Asie. Il produit de l’huile de palme et du caoutchouc sur plus de 180.000 hectares et engage plus de 45.000 employés.
Julien Balboni

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here