Accueil MAURITANIE Les problèmes cardiaques d’Aziz dus à la prison, dit son médecin français

Les problèmes cardiaques d’Aziz dus à la prison, dit son médecin français

PARTAGER

L’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz avait une très bonne santé, avant d’être écroué en juin 2021 à l’école de police, dans le centre-ville de la capitale Nouakchott et d’être soumis  par la suite à des conditions carcérales jamais réservées à un ex président à travers le monde.

Ould Abdel Aziz n’avait besoin pour maintenir sa bonne forme, qu’à revoir de temps à autre son médecin traitant en France.

Celui-là qui l’avait opéré en 2012 après l’incident de la balle amie survenu en octobre 2012. L’ex Chef de l’Etat a été  contraint de rester au lit pendant plus de 40 jours, confiant à la suite de cet empêchement, la direction du pays à son compagne d’armes et actuel président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Le membre du collectif de défense de l’ancien président l’avocate libanaise Sandrella Merhaj est revenue hier mardi 24 janvier courant sur ce même dossier médical.

L’avocate libanaise au cours de sa conférence de press d’hier mardi

Nous disposons d’un rapport du médecin français traitant de l’ancien président à Paris, dans lequel, il est clairement mentionné que les nouveaux problèmes cardiaques dont il souffre sont dus à son emprisonnement à l’école de police de Nouakchott et qu’il souffre encore, a-t-elle affirmé dans une conférence de presse tenue hier mardi, dans la soirée, .

Ould Abdel Aziz avait subi en janvier 2022, une opération de cathétérisme cardiaque « réussie » à l’hôpital national de cardiologie de Nouakchott, rappelle-t-on.

Avec ces derniers rebondissements de son dossier judiciaire, qui entre aujourd’hui dans une voie, l’ancien président affiche toujours le même courage et la même énergie face à ses détracteurs.

Il affirme dans ce cadre, qu’il se présentera au tribunal pour “défendre (son) honneur” contre des “accusations extravagantes, fallacieuses, concoctées par une équipe hybride sélectionnée au service de l’injustice.

Après lui avoir demandé de se présenter à la police, ce que ses avocats ont refusé, les policiers “sont venus le chercher chez lui” à Nouakchott avec un mandat, a confié à l’AFP Me Ciré Cledor Ly.

Il devait donc passer la nuit en détention avant l’ouverture de son procès mercredi matin, a ajouté l’avocat. Son arrestation a eu lieu sans incident, a-t-il dit.