Accueil Afrique L’Egypte menace d’intervenir militairement en Libye

L’Egypte menace d’intervenir militairement en Libye

185
0
PARTAGER

L’Egypte ne restera pas les bras croisés face à l’intervention de puissances étrangères dans le conflit libyen et qui pourraient menacer sa sécurité intérieure, a averti le président, Abdel Fattah al-Sissi.

S’adressant aux parlementaires, hier jeudi au Caire lors d’une visioconférence, le président al-Sissi a clairement expliqué la position de son pays dans la crise libyenne, affirmant qu’il réagira de manière appropriée si sa sécurité est menacée par le conflit qui fait rage chez son voisin.

L’Egypte soutient les rebelles dirigés par Khalifa Haftar qui luttent pour arracher le contrôle de la capitale libyenne, Tripoli, au gouvernement d’entente nationale (GNA) soutenu par la communauté internationale.

Selon al-Sissi, ses troupes sont en mesure de changer l’évolution de la situation militaire en Libye, si son pays est poussé à le faire, du fait de l’intervention de la Turquie en appui au GNA.

Ce vendredi, un avion-cargo turc a atterri sur la base aérienne libyenne d’Al-Watiya, à 125 km à l’ouest de Tripoli, avec des chasseurs et du matériel militaire destiné aux troupes du GNA.

Les alliés de Haftar basés à Benghazi se seraient rendus au Caire et auraient demandé au président al-Sissi d’intervenir en Libye en leur nom et de « chasser les Turcs ».

Depuis le début du mois de juillet, les forces égyptiennes participent à des exercices militaires près de la frontière avec la Libye.

Pour certains analystes, ces manœuvres constituent un moyen pour la puissance nord-africaine de fourbir ses armes pour un éventuel déploiement de ses troupes chez son voisin en proie à la violence.

L’Egypte craint que des combattants du GNA basés à Tripoli avec le soutien de la Turquie ne planifient une offensive sur la ville de Syrte et sur une des bases aériennes dans la ville d’Al-Jufra, adjacente à son « croissant pétrolier ».

Cette dernière déclaration belliqueuse du Caire semble être une réponse à la Turquie qui continue d’envoyer plus de mercenaires et d’équipements militaires en Libye pour soutenir le GNA, notamment des avions de transport.

Les troupes fidèles au GNA avec l’aide de la Turquie ont repoussé une invasion de Tripoli par les forces de Haftar et sont depuis lors entrées dans la contre-offensive, notamment dans le sud-est de la Libye.

La Russie et les Emirats arabes unis sont du côté de l’Egypte dans leur soutien à Haftar, fournissant à ses forces des armes et d’autres formes d’aide militaire pour poursuivre le conflit contre le GNA.

La Libye est plongée dans l’anarchie peu de temps après le renversement et l’assassinat de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

APA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here