Accueil Politique Le Sénégal se rend aux urnes ce dimanche, avec un président confiant...

Le Sénégal se rend aux urnes ce dimanche, avec un président confiant de la victoire

492
0
PARTAGER
sénégalais aux urnes

Le Sénégal se rend aux urnes dimanche dans une course à la présidentielle. Le président sortant Macky Sall, confronté à un nombre inhabituel de concurrents dans un pays passionné par un débat politique animé, est confiant de remporter la victoire au premier tour.

Ses deux plus grands rivaux – l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, et le fils de l’ancien président, Karim Wade – ont été disqualifiés après avoir été reconnus coupables de corruption dans le cadre de procès mis en cause par des groupes de défense des droits. “La victoire au premier tour est incontestable”, a déclaré Macky Sall lors d’un récent rallye à Dakar.

Sall doit faire face à la concurrence de quatre rivaux de l’opposition – peut-être moins connus, mais militant avec acharnement contre les plans du président pour une deuxième phase d’un projet d’infrastructure controversé appelé “Sénégal en émergence”. Le système géant est l’héritage de Sall, mais les critiques le considèrent comme un gaspillage de l’argent des contribuables, déconnecté des besoins – et un potentiel dinosaure de la dette si les investissements tant promis ne se concrétisent pas.

“Si je suis élu, je jetterai à la poubelle son plan concernant la dette du Sénégal”, a promis l’un des candidats à l’élection de Sall, le député devenu inspecteur des impôts Ousman Sonko. Les trois autres rivaux de Sall sont l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, Issa Sall du Parti de l’unité et de l’Assemblée (PUR) et l’ancien ministre de la Justice et des Affaires étrangères Madicke Niang.

La course aux cinq chevaux laisse aux électeurs un choix limité par rapport à 2012, alors que 14 candidats se disputaient le premier poste, et 2007, à 15, qui se disputaient.

STABILITÉ AVANT TOUT

Un nouveau système approuvé par le Parlement l’année dernière en dépit de la résistance des partis d’opposition, oblige les candidats à démontrer qu’ils bénéficient du soutien d’un nombre minimum de citoyens et de régions. Une fois la nouvelle réglementation appliquée, seuls sept candidats ont été retenus, dont deux ont ensuite été disqualifiés.

“Je ne peux pas être dérangé par la politique”, a déclaré Astou Fall de Bambey, une commerçante du centre-ouest du Sénégal. “Que le meilleur gagne et que la paix continue, nous valorisons notre stabilité nationale”, a-t-il déclaré, reflétant un sentiment commun. Khalifa Sall et Karim Wade – le seul candidat à la présidentielle de son parti PDS – ont affirmé que leurs condamnations pénales étaient conçues de manière à les exclure de la course. Les partisans des condamnés ont organisé des manifestations pour réclamer des élections libres et équitables, alors que le groupe de défense des droits Amnesty International avait mis en avant l’année dernière des “procès inéquitables” au Sénégal et un “manque d’indépendance” de la part du pouvoir judiciaire dans l’affaire Khalifa Sall.

Le Sénégal, qui a connu deux transferts de pouvoir pacifiques en 2000 et 2012 et aucun coup d’État, est considéré par certains comme un modèle de stabilité en Afrique de l’Ouest. Mais les campagnes électorales sont généralement entachées d’accusations de corruption, de désinformation et parfois de violence. Pas plus tard que la semaine dernière, des affrontements entre partisans de partis rivaux ont fait deux morts à Tambacounda, à environ 420 kilomètres à l’est de Dakar.

L’ancien président Wade a appelé à l’incendie du matériel électoral et à des attaques contre des bureaux de vote, ce qui a amené le gouvernement à dénoncer une “attitude de subversion”.

Quelque 6,7 millions de personnes sur une population d’environ 16 millions sont inscrites sur les listes électorales.

Les résultats préliminaires sont attendus peu après la fermeture des bureaux de vote à 18H00 GMT dimanche, mais ils ne seront officiels que dans un jour ou deux. Un candidat doit recueillir plus de 50% des suffrages exprimés pour éviter un second tour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here