Accueil Culture Le Pulaar et les autres langues humiliés à SILEYMAANI BAAL

Le Pulaar et les autres langues humiliés à SILEYMAANI BAAL

912
0
PARTAGER
pulaar

Ce samedi 14 septembre 2019 était la journée de clôture de la semaine nationale de l’alphabétisation dans les langues nationales du Sénégal. L’évènement s’est déroulé à l’école Ceerno SILEYMAANI BAAL de Dakar avec une assistance qui n’était pas forte.

Pourtant un appel dans la langue des fulbés aurait été lancé afin d’attirer une forte affluence. On ne peut pas dire cette invitation fortement médiatisé n’a pas été entendu. Les sénégalais de l’intérieur comme de l’extérieur ont été foudroyés par la désolation et l’amertume en constatant le très peu de place laissé au Pulaar et les autres langues du pays lors de cette prestation inédite. S’agissait-il d’une omission, d’un oubli, d’une maladresse ou d’un sabotage ?

Nos langues ont été oubliées pendant longtemps de la période coloniale et après. D’ailleurs, beaucoup d’observateurs prédisent déjà la disparition de certaines d’entre elles dont le Pulaar.  Ces dernières constituent notre riche patrimoine culturel.

Apparemment, c’est un organisme de la place qui était parmi les maîtres de cérémonie de cette journée dédiée à la mémoire de Mamadou Saidou Hane qui était un patriote aimé et respecté de tous et de toutes. Il était également un ardent défenseur du Pulaagu dans son ensemble.

Beaucoup de prometteurs et défenseurs de la langue de Ceerno SILEYMAANI BAAL (1720- 1775) n’ont pas pu accéder au micro. Rappelons qu’il était un fin lettré et une grande figure politique du Fouta Toro. A la tête de la ‘’révolution toroodo’’ un mouvement de réforme qui mit fin au régime des Deeniyanké, fondé sur une monarchie absolue et un régime des castes à l’époque jugé très ancré au Fouta Toro, il va par la suite mettre en place un mode de gouvernance démocratique inédit au Sénégal : un modèle basé sur la bonne gouvernance, la justice et la liberté. Il était un homme exceptionnel qui mériterait que l’on enseigne son histoire dans les écoles.

Ainsi des personnalités bien connus à travers le monde dans la promotion du Pulaagu actuel comme Dono Sampathe Diallo, Gallo Gourowa Diallo, Samba Djinda Ba et ABass Sall n’ont pas pu s’adresser à l’assistance pour livrer leurs expériences riches et variés.

D’ailleurs, des milliers de personnes surtout de la Diaspora mais aussi de l’intérieur, attendaient leurs discours car c’était également une journée où le Pulaar était à l’honneur.

A la place, la parole a été donnée à des individus accusés à tort ou à raison comme étant des tombeurs et des destructeurs de nos langues nationales. C’était une cérémonie pauvre et l’essentiel du programme s’est passé dans une seule langue. Selon toute vraisemblance, quelques personnalités politiques ont craché quelques mots dans leur langue maternelle en Pulaar avant de s’excuser comme si c’était un crime de s’exprimer dans la langue des mbiimi et des mbidone.

Un autre orateur aurait tout bonnement choisi de s’exprimer en français, pendant cette journée mémorable. C’est un manque de respect flagrant pour nos différentes cultures et identités. Il aurait peut-être oublié qu’il ne se trouvait pas en France. De toutes les façons, c’est un individu que la communauté des fulbés ne reconnait plus comme étant des leurs après avoir proposé lui-même, le renforcement de l’hégémonie du wolof dans la société sénégalaise.

Le mot de la Diaspora

C’était une journée de clôture de l’alphabétisation dédiée la mémoire Mamadou Saidou Hane tenue à l’école Ceerno SILEYMAANI BAAL. Les origines culturelles de ces deux personnalités devaient dicter fortement la langue d’usage lors de cette célébration. Au contraire la langue Pulaar et les autres langues ont été humiliées. La déception a été très profonde surtout au niveau de la Diaspora. Les réseaux sociaux se sont délectés de ce sabotage linguistique sans précèdent.

Des commentaires de toutes sortes, venant des cinq continents ont pointé des doigts, certains de nos compatriotes qu’ils accusent de trahir leurs identités et leurs langues. Beaucoup de personnes surtout de la Diaspora, appellent leurs compatriotes à se ressaisir et à investir dans leurs langues locales. Ils invitent également nos artistes à regarder en arrière et à respecter leurs communautés qui leurs ont soutenu depuis leurs bas âges et qu’elles ont tout fait pour leurs voir réussir.

Du côté de l’extérieur du pays, on s’attend à ce que nos porteurs de voix fassent leur mea-culpa et qu’ils s’excusent publiquement, pour la maltraitance et l’humiliation qu’a subi surtout la langue Pulaar.

Gondiel Ka

Secrétaire administratif et/ou membre

Kisal Deeyirde Pulaagu, Tabital Pulaagu Allemagne, Tabital Pulaagu Europe et Kibaaruji Pulaagu International.

Montréal, Canada

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here