Accueil MONDE Le port de Beyrouth dévasté, une crise économique à l’horizon

Le port de Beyrouth dévasté, une crise économique à l’horizon

255
0
PARTAGER
Le port de Beyrouth dévasté, une crise économique à l'horizon

Les conteneurs ont été soufflés par l’explosion, et des panaches de fumées s’élèvent du port qui faisait la fierté du Liban. Seules des grues mobiles, orphelines, sont restées debout.

Le bilan de l’explosion qui a eu lieu hier dans le port de Beyrouth même, où quelque 2750 tonnes de nitrate d’ammonium ont explosé, est catastrophique sur le plan humain. Selon un bilan provisoire, elle aurait fait plus de 100 morts et 4000 blessés. Il s’agit également d’un désastre économique, qui met à terre un Liban déjà meurtri par la crise du coronavirus et les sanctions américaines, en touchant à un centre névralgique du pays.

Le port de Beyrouth est l’un des plus fréquentés de la Méditerranée orientale et constitue, avec l’aéroport international Rafic Hariri de Beyrouth, l’une des deux principales portes d’entrée du Liban. Reconstruit et rénové au début des années 90, avec la fin de la guerre civile libanaise, il est composé de 4 bassins et 16 quais, sur une surface totale de 120 hectares.

Ce port dont l’activité n’a fait qu’augmenter au fil des années – il est même à saturation depuis 2009 – faisait la fierté du Liban. Symbole de la modernisation, situé sur l’axe Marseille-Singapour, il constituait une porte unique sur le monde.

Le port de Beyrouth était également considéré comme un partenariat réussi entre public et privé. Les opérations des terminaux de conteneurs étaient sous-traitées par un consortium privé, le Beirut Container Terminal Consortium (BCTC), mais cette concession devait faire l’objet d’un nouvel appel d’offres.

Le processus mettait en concurrence le BCTC, le logisticien CMA CGM et MSC, l’émirati Gulftainer, et les hongkongais China Merchants Port. Le processus avait déjà été mis sur pause en raison de l’état d’urgence instauré par le gouvernement pour faire face à la crise du coronavirus. L’avenir de cette concession est maintenant en suspens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here