Accueil MONDE Le polisario et les dirigeants algériens pris la main dans le sac

Le polisario et les dirigeants algériens pris la main dans le sac

728
0
PARTAGER
Le polisario et les dirigeants algériens

Comme il fallait s’y attendre, la vérité a fini par éclater en pleine tronche des dirigeants polisariens et algériens avec le déclenchement d’une campagne internationale sur le sort des millions de dollars, excusez du peu, que l’Europe, dans sa grande mansuétude, a accordé à titre d’aides humanitaires aux séquestrés sahraouis marocains des camps de la mort de Tindouf sis en Algérie.

Une nouvelle révélation sortie tout droit de l’opposition interne au mouvement terropolisarien qui apporte preuves à l’appui, depuis les camps des embastillés sahraouis marocains de Tindouf, que ces criminels de grands chemins désertiques que sont polisariens et autorités algériennes se sont gavés jusqu’à la glotte des aides internationales alors, qu’à ce jour, 11 août 2020, aucun matériel médical n’est venu équiper les rares dispensaires des camps sahraouis marocains séquestrés à Tindouf.

Ce véritable hold-up à grande échelle orchestré par les responsables algériens et les polisariens pour des besoins affairistes constitue un véritable crime contre l’Humanité et c’est pourquoi de très nombreuses associations humanitaires ainsi que de nombreux Etats ont demandé au Croissant Rouge algérien, unique interlocuteur des donateurs, de fournir, le plus rapidement possible, un rapport détaillé sur les raisons de la disparition dans la nature des aides destinées aux camps des sahraouis marocains de Tindouf.

Face à ce tollé international, le soi-disant croissant rouge polisarien a révélé, sur ordre, avoir bien reçu durant ces derniers mois une somme astronomique venant de l’Union européenne, de l’Allemagne, de la Suisse, du Canada, de Norvège, de Suède, d’Italie et de quelques régions autonomes en Espagne. A cette liste en monnaies sonnantes et trébuchantes s’ajoutent les 300 tonnes de denrées alimentaires et médicales envoyées par l’Algérie pendant le Ramadan.

A noter que cette soi-disant aide des responsables algériens ne vient que confirmer leur statut de protecteur malin du polisario qu’ils hébergent, arment, financent et tiennent totalement sous leur emprise malfaisante.

Nul ne peut ignorer, qu’en cette période cruciale de COVID-19, le régime algérien aurait mieux fait d’aider et de financer le peuple algérien qui se bat et se débat chaque jour pour se trouver son berlingot de lait pour lequel il doit faire la queue plus d’une demi-journée, qui ne peut se procurer de la patate pour ses frites et point de sardines pour colorer son plat et se positionner devant les guichets de la Poste toute une journée pour ne pas trouver de liquidité. La honte dans toute sa beauté !

En fait, cette crise sanitaire est une aubaine pour le polisario puisqu’elle lui a permis de détourner 12 millions de dollars d’aides internationales en seulement quelques mois. Une somme importante qui n’est pas sans soulever des interrogation au sein des séquestrés sahraouis marocains des camps de Tindouf alors que les hôpitaux manquent cruellement de matériels basiques pour faire face à la propagation de la pandémie du COVID-19.

Quoiqu’il en soit, il est improbable que cet exercice de transparence auquel s’est livré lesoi-disant croissant rouge polisarien fasse taire les interrogations, alors que la population des camps n’a toujours pas vu l’impact concret de ces 12 millions d’Euros sur son maigre quotidien.

Il est plus que certains que les aides internationales destinées aux séquestrés sahraouis marocains des camps de la mort de Tindouf sont lamentablement détournées par les locataires des « Tagarins » à la Casbah et ceux même du Palais El Mouradia pour être acheminées vers les souks de Nouakchott ou vers le Mali ou le Tchad afin d’alimenter allègrement leurs comptes bancaires éparpillés en Europe et dans certains autres pays à travers le monde.

Farid Mnebhi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here