Accueil Culture Le fardeau d’être musulman en Amérique

Le fardeau d’être musulman en Amérique

228
0
PARTAGER

Le fardeau d’être musulman en Amérique

Il y a un peu plus de dix ans, Keith Ellison et Andre Carson sont devenus les deux premiers membres du Congrès musulman de l’histoire des États-Unis. Peu de temps après, Barack Hussein Obama s’est présenté à la présidence, beaucoup essayant de le délégitimer en suggérant qu’il était un musulman secret. 

L’insinuation était qu’il ne serait pas loyal au pays s’il était effectivement musulman. Si ces tentatives ont finalement échoué, elles ont réussi à aliéner davantage une communauté musulmane qui ressentait déjà les conséquences de la culpabilité collective qui lui avait été infligée après le 11 septembre.

Selon un rapport publié en 2017 par l’Institut pour la politique sociale et la compréhension (ISPU), 60% des musulmans américains ont déclaré avoir été victimes de discrimination religieuse – plus que tout autre groupe religieux d’Amérique. En 2017, 42% des familles musulmanes ayant des enfants à l’école primaire ont déclaré que leur enfant avait été victime d’intimidation. 

Tragiquement, un incident sur quatre impliquait un enseignant ou un administrateur en tant que harceleur. Mais la haine ne s’arrête pas aux simples appels. Selon le FBI, les crimes de haine visant les musulmans ont augmenté de 67% en 2015 et de 19% en 2016.

Au-delà des crimes de haine qui compromettent la sécurité des musulmans américains, se trouvent les messages psychologiques paralysants que les jeunes musulmans reçoivent constamment. La plupart des jeunes musulmans ne sont pas encore nés au 11 septembre ou sont trop jeunes pour s’en souvenir véritablement. Pourtant, ils ont été chargés non seulement de prouver leur innocence, mais aussi de l’innocence du terrorisme de leur religion.

Ce fardeau pèse lourdement alors que les politiciens sont prêts à exploiter des craintes irrationnelles concernant la communauté musulmane pour remporter des élections et rester au pouvoir.

Pendant de nombreuses années, les musulmans ont vu les élections se dérouler autour de nous, sans nous. Les candidats ont parlé en faveur ou contre nous, mais nous n’avons jamais été les candidats nous-mêmes. Cela change, et les jeunes Américains musulmans observent avec non seulement un sentiment d’appartenance renouvelé, mais aussi avec un esprit de courage distinctif.

L’élection de 2 musulmanes au congrès (Ilham Omar et Rashida Tlaib) cette année prouve que les choses vont changer.

usatoday

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here