Accueil Politique L’ancien premier ministre dénonce le “silence coupable” des pays amis du Sénégal

L’ancien premier ministre dénonce le “silence coupable” des pays amis du Sénégal

106
0
PARTAGER
cheikh hadjibatou soumare

Cheikh Hadjibou Soumaré n’est plus dans la dentelle ou la diplomatie. Il a ouvert les hostilités contre Macky Sall mais aussi les grandes puissances amies du Sénégal qui jouent au pourrissement par rapport à la situation jugée préoccupante actuellement au Sénégal. La France et d’autres pays africains seraient indexés par le candidat à la candidature de la présidentielle du 24 février prochain.

L’ancien Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré a peint un tableau sombre du Sénégal. Il s’est insurgé contre l’inertie et le «silence coupable» des pays amis du Sénégal. « Tout cela s’est fait avec le silence coupable de certains amis du Sénégal au détriment d’un peuple assoiffé d’une gestion vertueuse de ses biens, de l’égalité de chance entre ses enfants, de tracer sa propre voie dans le concert des nations en étant ancré dans ses valeurs ancestrales que sont l’honneur, la dignité, le respect de la parole donnée et la démocratie». 

Il justifie ainsi son engagement en politique et sa décision de rompre son mutisme. «En ces moments difficiles de l’histoire du Sénégal, je me veux être dans le camp de ceux qui auront pris leur responsabilité face à la dérive d’un pouvoir devenue sans limite, pour défendre les intérêts d’une jeunesse en désarroi, de familles qui continuent de se paupériser, de fonctionnaires gagnés par la politisation extrême de notre administration dont les grades ne se gagnent plus au mérite, d’une justice piégée, d’une représentation du peuple chahutée, d’une société civile utilisée par certains comme tremplin d’accès au pouvoir, d’un monde rural à l’agonie laissé à lui même». 

L’ancien Premier ministre parle de «Justice piégée» 

Hadhibou Soumaré de souligner : «en qualité d’ancien  Premier Ministre, d’ancien Président de la Commission de l’UEMOA,  je sais ce que la mise en place de la pratique des coûts unitaires dans la commande publique, comme dans le cas de l’OCDE, aurait épargné à notre pays. La conséquence en est aujourd’hui la surfacturation maintes fois dénoncée et qui nous a amené à cette nécessité de comblement de déficits importants de trésorerie». 

«Je sais également, que des pans entiers du secteur parapublic sont aujourd’hui mis à contribution pour entretenir un clientélisme politique érigé en règle, ce qui a fini d’en faire le réceptacle de tous les déficits», a-t-il indiqué. 

L’ancien Premier ministre est d’avis que «le peuple sénégalais est en droit d’exiger de la communauté internationale non pas de la compassion ou de l’aide, mais d’être la sentinelle de l’Etat de droit à ses côtés, face à un pouvoir qui ne veut pas prendre en charge ses aspirations légitimes comme peuple libre, fière de ce qu’il est et maître de son destin». Et d’ajouter toujours dans le même sillage : «le Sénégal a toujours été une nation debout, elle le restera par la mobilisation de tous ses enfants contre toutes les dérives autoritaires. 

C’est ainsi a-t-il conclu : «j’en appelle encore à la responsabilité du pouvoir, en particulier à celle de celui qui l’incarne au plus haut niveau, le Président de la République, pour se ressaisir pendant qu’il est encore temps».

pressafrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here