Accueil MONDE La sécurité nigérians arrêtent un militant pour avoir appelé à la révolution

La sécurité nigérians arrêtent un militant pour avoir appelé à la révolution

174
0
PARTAGER
omoyele sowore

Des agents de la sécurité nigérians ont arrêté Omoyele Sowore, un militant, fondateur d’une agence de presse et ancien candidat à la présidentielle qui appelait à la révolution.

Sowore, un activiste des droits de l’homme qui a fondé l’organisation en ligne de Sahara Reporters et s’est présenté à la présidence en tant que candidat mineur aux élections de février.

Cette arrestation intervient alors que le président Muhammadu Buhari, qui a remporté un second mandat aux élections, est critiqué pour le bilan de son gouvernement en matière de droits de l’homme, en particulier une répression meurtrière contre les manifestants d’un dirigeant chiite qui reste en détention en dépit d’une décision de justice être libéré.

Sowore a déclaré que le Nigeria avait besoin d’une révolution, en partie parce que les élections n’étaient pas crédibles, ainsi qu’une liste d’autres problèmes allant de la corruption à l’incompétence.

“Nous ne voulons pas de guerre”, a-t-il déclaré dans une vidéo de juillet. «Nous voulons un processus révolutionnaire très propre, rapide et succinct – chirurgical. Que nous mettions fin aux manigances du gouvernement, que nous mettions fin à l’oppression, à la corruption du gouvernement. ”

Sowore avait prévu d’organiser une série de manifestations à l’échelle nationale lundi.

Le service de sécurité de l’Etat a déclaré que les appels à la révolution étaient illégaux. “Il est avec nous”, a déclaré un porte-parole, du gouvernement confirmant l’arrestation. «Il a franchi la ligne, il a menacé la sécurité publique … Rien ne se passera, il n’y aura pas de révolution. Le gouvernement élu démocratiquement sera en place. ”

Ce même porte-parole a déclaré dimanche qu’il y avait “une différence entre l’appel pacifique à la protestation et l’incitation à la révolution”.

La déclaration ne faisait pas référence à l’arrestation, mais indiquait que “l’urne est le seul moyen constitutionnel de changer le gouvernement et le président du Nigeria”.

Source Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here