Accueil MONDE La face hideuse des polisariens

La face hideuse des polisariens

1202
3
PARTAGER
scandale sexuel polisario

La communauté internationale vient de découvrir le scandale sexuel dans lequel baigne joyeusement le soi-disant représentant de l’officine parisienne du polisario, le dénommé Bachir Oubi Bouchraya.

Ce sinistre individu a fait toute la démonstration de sa dépravation sexuelle à Paris comme en témoignent ses chaudes aventures avec la soi-disant présidente de l’irréelle « ligue des jeunes sahraouis », en l’occurrence Aziza Hameida, abandonnant femme et enfants à Bilbao (Espagne) où ils vivent de modiques aides sociales espagnoles.

Cette Aziza Hameida traine de lourdes valises derrière elle puisqu’elle a été fiancée au « cocu » dénommé Mahjoub Mliha, celui-là activiste du polisario à Bruxelles, qui a lui aussi délaissé sa femme en Belgique.  

Cette nouvelle révélation a provoqué un tollé parmi les embastillés sahraouis marocains de camps de la honte de Tindouf et ce, en raison de très nombreux scandales sexuels ayant secoué la hiérarchie polisarienne, Brahim Ghali en tête.

Nul n’a oublié le viol bestial que ce Brahim Ghali avait commis à Alger, du temps où il dirigeait l’officine polisarienne dans la capitale algérienne, à l’encontre de la réfugiée sahraouie Khadijatou Mahmoud, auteure d’une plainte pour viol déposée auprès de la justice espagnole à son encontre. Raison pour laquelle, il ne peut se rendre en Espagne ou dans un pays membre de l’Union Européenne.

Cependant, la révélation des rencontres « hard » du soi-disant représentant de la fantomatique RASD parisienne, Bachir Oubi Bouchraya, avec la « Miss sahraouie » Aziza Hameida, tout juste dévoilées au grand jour, ne sont que l’arbre qui cache la forêt des frasques sexuelles des dirigeants polisariens.

Ainsi, à Tindouf, nombre de scandales sexuels bien plus graves étaient commis par les ogres de la centrale séparatiste, voire de hauts responsables algériens, sans éveiller le moindre soupçon tellement leurs auteurs cultivent le secret sur leurs aventures charnelles.

Même les frasques de l’ex-Wali de la Wilaya algérienne de Tindouf, le dénommé Moumen Mermouri, avec la poétesse sahraouie Nana El Rachid, accusée aussi de jouer les proxénètes au profit de ce sinistre ex-Wali, au détriment de nombreuses jeunes réfugiées sahraouies réduites à l’état d’esclaves sexuelles, ont été dévoilées en 2018. 

Sans oublier ces jeunes réfugiées sahraouies reconverties en simple jouets sexuels pour le compte de sites porno espagnols, dont la plus célèbre est la dénommée Leïla Bent Pakito, ancien proche collaborateur de Bachir Oubi Bouchraya, devenue star du site prono espagnol « Pornoteria ». 

Engoncé jusqu’au cou dans des scandales sexuels, le polisario utilise la même arme contre ses opposants, poussant le cynisme jusqu’à dévoiler des photos intimes de leurs épouses.

Le cas d’Olaya Saâdi, épouse du détenu politique Fadel Breïka, qui vient d’être relâché sur instructions algériennes, apporte ici une preuve irréfragable. Pour réduire son conjoint au silence, le « front du Mal » n’a pas trouvé autre moyen que le recours, en véritable maître-chanteur, aux photos de l’épouse piratées sur son téléphone portable pour les diffuser sur le site séparatiste à scandales nommé « sawtalwatan.com » ! 

Mais voilà suite à ces dernières révélations chaudes du soi-disant représentant du polisario à Paris, Bachir Oubi Bouchraya, le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) vient de prendre la décision de fermer les vannes des aides aux amis de la pseudo RASD (AARASD) basée en France au titre de l’année 2020.

Ces fonds, alloués à cette officine étaient destinés aux réfugiés sahraouis marocains retenus dans le goulag de Tindouf depuis près d’un demi-siècle ; aide détournée depuis la création de l’AARASD en 1975 à d’autres fins que le soutien humanitaire mais qui abondaient allègrement dans les poches personnelles des tortionnaires polisariens.

Au final, cette nouvelle révélation a tout au moins le mérite de nous édifier sur les agissements crasses du « front de la honte (polisario) », poussant l’outrecuidance jusqu’à instrumentaliser le sexe pour rallier des soutiens autour de sa « cause » de chimérique.

C’est pourquoi les pseudos représentants polisariens à l’étranger ont une très nette préférence pour les blondes ; ce choix leur permettant à la fois d’assouvir leurs pulsions bestiales et de rallier leurs maîtresses autour de leur fantomatique cause.

Aujourd’hui, la question est de savoir pourquoi les preux chevaliers du droit-de-l’hommisme ne dénoncent pas de tels agissements rédhibitoires du polisario, notamment à l’encontre des femmes sahraouies qui ne vaudraient pas plus que de simples esclaves sexuelles aux yeux des matons de Tindouf.

Farid Mnebhi.

3 Commentaires

  1. J’ai lu en diagonale, trois secondes, méthode lecture rapide. Alors c’est tout ce que tu as trouvé, farid machin le pervers obsédé des trous de serrure, des histoires de c…? Mais des histoires comme ça je peux t’en sortir des milliers qui se passent au maroc, à commencer par ton roitelet la petite hommelette qui aime tant fréquenter les bars gay d’Amsterdam, de Bruxelles et d’ailleurs: https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&ei=wVLMXc7_CPTzxgO2sqRg&q=Mohammed+6+bars+gay&oq=Mohammed+6+bars+gay&gs_l=psy-
    Tu en veux encore des scandales sexuels en milieu officiel? Tiens, en voici un, une employée ghanéenne qui se plaint de l’ambassadeur du maroc au Ghana , et puis des histoires de pédophilie en veux tu en voilà , tiens en voilà une bien gratinée: https://www.valeursactuelles.com/societe/pedophilie-au-maroc-les-revelations-choc-dun-ex-amant-de-berge-et-saint-laurent-90361
    Bon j’arrête là ma liste, ce serait trop trop trop long, il suffit de cliquer les mots clés et aller à la lecture en se bouchant le nez. Tfou alikoum farid machin, ton pays est la Thaïlande de l’Afrique, un lupanar à ciel ouvert où ” marocaine” ce n’est pas une nationalité c’est une profession et même qu’on y pratique la prostitution allègrement en famille, vous êtes la honte des Arabes, des Berbères et des musulmans, une narco-monarchie sans honneur et sans dignité mais royaume de la traitrise et des coups de poignard dans le dos, et tu trouves le moyen de chercher un cheveu sur la tête d’un chauve.
    Et avec ça vous n’arrêtez pas de nous mendier jour et nuit l’ouverture de la frontière terrestre pour déverser sur nous votre drogue, vos chômeurs, vos contrebandiers, vos prostituées et vos sorcières soit la moitié de la misère marocaine ; et bien ce sera tintin car les Algériens n’ont aucune haine contre les marocains, mais ils ne sont pas suicidaires pour sacrifier leurs intérêts à leurs voisins traitres de pères en fils. Un peuple de sorciers, de prostituées et de marchands de drogue à la mentalité d’esclave, ya Latif, quelle malchance pour l’Algérie d’avoir des voisins pareils !

  2. Réponse à Toz et Retoz, le péteur de service, de la part de Farid Mnebhi
    Il faut bien se le dire, les maisons closes n’ont jamais été interdites officiellement par l’Etat algérien, mais simplement mises en veille, dans la discrétion la plus totale et, force est de le constater, que depuis les années 2010 on note une croissance extraordinaire d´hôtels de luxe où la prostitution fleurit légalement. C’est pourquoi entre mai et novembre 2019 un nombre impressionnant de réseaux locaux et internationaux de prostitution a été démantelé en Algérie.
    Des réseaux, employant des algériennes de souche, sévissent toujours dans les villes d’Alger, d’Oran, d’Ain Turc, de Constantine, de Tébessa, Mostaganem, de Chéraga et Boulimat et sans oublier les réseaux qui emploient des adolescents et jeunes adultes algériens à Hassi Mameche ainsi que les très nombreuses étudiantes algériennes, en quête d’argent, qui se prostituent pour payer leurs études et j’en passes car cela ne représente que la partie visible de l’iceberg. Quant au à la partie cachée, je vous la laisse deviner. La honte et quelle honte !
    Aujourd’hui, l’Algérie compte plus de 02 million de prostituées, chacune d’entre elle faisant vivre 3 à 4 personnes. Les Algériens qui vivent directement ou indirectement de la prostitution sont près de 06 millions et sont âgés entre 16 ans et plus.
    Mais ce secret est bien gardé en Algérie où il existe un nombre impressionnant de maisons closes sous le contrôle de la police, qui perçoit sa ristourne, et de l’autorité d’une mère maquerelle et où les jeunes filles et garçons gagnent bien leur vie. Mais à quel prix ?

  3. farid machien tu ne sais parler que de cul et de bouffe en contre -argument, voilà le niveau politique d’une mouche du Net à la botte de son seigneur et maitre. Les chiffres que tu donnes sur la prostitution en Algérie sont totalement fantaisistes, ils proviennent d”un pseudo institut de sondage auto baptisé inconnu au bataillon universitaire, d’autant plus qu’en Algérie il est totalement impossible d’obtenir en sociologie des chiffres fiables à partir de panels complètement bidons. Bien évidemment je ne nierai pas la présence en Algérie du plus vieux métier du monde et si le gouvernement réglemente la profession c’est pour mieux la contrôler mon enfant, notamment au plan sanitaire et d’un autre côté il faut bien que le corps exulte pour ces millions de jeunes travaillés par la testostérone.
    Le pays n’est pas dans la misère totale des marocains pour recourir massivement à la prostitution comme font les marocaines au pays même et à l’étranger; et la prostitution n’est pas dans nos mœurs familiales contrairement au maroc où l’on trouve tout naturel de faire ça en famille, où le père est le maquereau de sa propre femme et de ses propres enfants encore au berceau.
    S’il y avait de la misère à la marocaine, en Algérie on commencerait par crouler sous l’offre de femmes de ménage , dernier recours des femmes analphabètes jetées à la rue avant la prostitution. Or c’est une profession ( femme de ménage) très difficile à pourvoir en Algérie contrairement au bordel à ciel ouvert qui se situe à l’ouest de l’Algérie; dans ta Thaïlande de l’Afrique un père n’hésite pas à vendre sa fillette de cinq ans pour faire la bonne et l’esclave sexuelle de tous les mâles en rut de la maison. Le phénomène des petites bonnes, des femmes-mulets -cas uniques au monde- et de l’exportation de “marocaines”dans tous les azimuts -cas unique en pays musulman- n’existe pas chez nous, et voici pourquoi: je passe sur la solidarité familiale qui permet à une femme sans ressources de conserver un minimum de dignité, il y a autre chose : le fait est qu’en Algérie socialiste, une jeune fille non mariée et sans ressources hérite d’un pourcentage de la pension de son père quand il vient à décéder. Voilà qui économise à la jeune fille de se donner la peine d’aller chercher fortune ailleurs et lui permet de rester sagement au foyer familial.
    Et quant aux étudiant(e)s, l’Algérie offre systématiquement des bourses à tout le monde même si le père est milliardaire et le prix des repas au restau U est dérisoire de même que le prix des transports pour étudiants.
    Aucun étudiant mâle algérien n’est obligé de travailler pour payer ses études, aucune étudiante n’est contrainte de se prostituer. C’est à ça qu’a servi l’argent du pétrole, chose que le maroc ne peut s’offrir.
    Continue tes papiers-chiottes sur l’Algérie, continue d’enrager sur ce grand pays auquel le maroc n’arrive pas à la cheville, et moi je continuerai à te débunker, j’adore.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here