Accueil ETATS-UNIE La Charge publique, un obstacle pour les pauvres d’immigrer aux Etats Unis

La Charge publique, un obstacle pour les pauvres d’immigrer aux Etats Unis

1624
0
PARTAGER
publique charge aux usa

La règle de la «charge publique» de l’administration Trump entrera en vigueur lundi 24 février 2020, à la suite d’une décision de la Cour suprême permettant au changement de politique, largement condamné d’entrer pleinement en vigueur aux Etats Unis.

La politique, officiellement intitulée Inadmissibilité pour motif de charge publique, vise à rendre plus difficile pour les immigrants qui sont susceptibles de “devenir une charge publique” d’obtenir des visas et des cartes vertes aux États-Unis.

En vertu de la nouvelle règle, les immigrants qui comptent sur des avantages ou qui sont considérés comme susceptibles de compter sur des avantages, y compris Medicaid, des coupons alimentaires (food Stamp) et des bons de logement (housing Vouchers), pourraient voir les efforts entravés pour obtenir un visa ou une carte verte.

À partir de lundi 24 février, les immigrants qui demandent à entrer dans le pays et ceux qui modifient leur statut d’immigration aux résidents permanents, également appelés titulaires d’une carte verte, seront soumise à cette réglementation.

Cela aura également un impact sur les titulaires de cartes vertes qui rentreront dans le pays après avoir séjourné à l’étranger pendant plus de six mois. Tous les immigrants qui sont «plus susceptibles qu’improbable» de bénéficier d’avantages publics pendant plus de 12 mois au cours d’une période de trois ans seront considérés comme des «charges publiques» et ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner dans le pays.

Les agents d’immigration utiliseront un ensemble de facteurs pour déterminer si leur demande doit être refusée en fonction de la possibilité qu’ils pourrait devenir une charge publique.

“La santé, l’éducation, la taille de la famille, le revenu, les ressources et l’utilisation des avantages publics seront tous pris en compte”, prévient Migration Policy institute (MPI) sur son site Internet. Il prévient également que “certains facteurs seront fortement considérés – par exemple, avoir un revenu ou des ressources d’au moins 250 pour cent du seuil de pauvreté sera mesuré positivement, tandis que l’utilisation actuelle ou récente des avantages publics spécifiés sera fortement mesurée négativement”.

“En utilisant les données du recensement pour examiner les caractéristiques des récents titulaires d’une carte verte, MPI a constaté que 43% n’étaient pas employés ou inscrits à l’école; 39% ne parlaient pas bien l’anglais ou pas du tout; 33% avaient des revenus inférieurs à 125% du seuil de pauvreté; 25 pour cent n’avaient pas de diplôme d’études secondaires et 12 pour cent avaient un revenu inférieur à 125 pour cent de la pauvreté et avaient moins de 18 ans ou plus de 61 ans “, a déclaré MPI.

“Parmi les récents détenteurs d’une carte verte, 69% avaient au moins un de ces facteurs négatifs; 43% en avaient au moins deux et 17% en avaient au moins trois”, a affirmé l’institut.

Par conséquent, MPI a déclaré: “La plupart des candidats tomberaient dans une zone grise avec certains facteurs positifs et négatifs, soulignant le caractère discrétionnaire du processus.”

Cependant, la règle ne pénalise pas les demandeurs de prestations reçues par des enfants né américains. Mais beaucoup ont peur et ont besoin d’être convaincus.

Ceci n’est qu’une règle de l’administration Trump, pour limiter l’immigration aux Etats Unis, et pas une loi, un autre president peux l’annuler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here