Accueil MONDE Iran-Irak: Quand des pires ennemies deviennent des meilleurs amis

Iran-Irak: Quand des pires ennemies deviennent des meilleurs amis

80
0
PARTAGER

Les deux pays s’étaient livrés à une guerre aussi meurtrière que sanglante entre 1980 et 1988. Après l’offensive lancée par le régime de Sadam Hussein contre le régime de la République islamique naissante, plongeant les deux voisins dans un conflit rouge vif de sang qui allait durer huit mauvaise et longue année dans le moyen orient, provocant ainsi une perte des centaines de milliers de vie humaine. 

Cependant cette mauvaise page a pris une nouvelle tournure depuis un bon temps. C’est ainsi, après la paix qui s’est bien installÉric entre les deux pays. Les relations politiques et économiques viennent de se consolider. Le président de la République islamique d’Iran Hassan Rohania s’est rendu ce lundi 11 mars à Bagdad. Il s’agit de la première visite dans ce pays d’un iranien depuis 2012.

Il a commencé à rencontrer les dirigeants irakiens, à la tête d’une délégation politique et économique. Sur ce, il a appelé, aux côtés de son homologue Barham Saleh à renforcer et développer les relations avec le pays, dans le domaine de transport et celui de l’énergie.

Sous ce rapport, le président Irakien a remercié Iran de son soutien et s’est dit chanceux de l’avoir comme voisin. Il s’agit d’une visite capitale pour les iraniens dans un pays, l’Irak, qui se retrouve pris en étau dans un moyen orient divisé entre pro-Americains et pro-iranien, ses deux principaux partenaires.

L’Iran, deuxième fournisseur de l’Irak pour des produits allant de l’électroménager aux légumes en passant par les voitures et le gaz souffre du rétablissement des sanctions de Washington après le retrait unilatérale américain de l’accord sur sur le nucléaire. Une rencontre hautement symbolique et politique chez celui qui est la tête de l’école religieuse de Najaf grande rival de celle Qom en iran.

C’est la deuxième visite après la l’enterrement de hache de guerre. En 2008, fût la première rencontre du chef d’Etat iranien a se rendre en Irak, il s’agit du précédent président Mahmoud Ahmadinejad.

Un mariage qui ne va du plaire l’administration Américaine de Trump. Riyad a en effet repris langue ces dernières années avec Bagdad son voisin deuxième producteur de l’opep.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here