Accueil Culture Honorer Martin Luther King, Jr., Cinquante ans aujourd’hui après sa mort

Honorer Martin Luther King, Jr., Cinquante ans aujourd’hui après sa mort

109
0
PARTAGER

Ce mercredi 4 avril marque le 50e anniversaire de l’assassinat du Dr Martin Luther King Jr.

L’assassinat de King, à Memphis, où il était allé soutenir une grève des travailleurs de l’assainissement, et la désolation qui l’avait suivi, semblaient une confirmation immédiate de cette prévision.

Dans son dernier discours, prononcé la veille de sa mort, le roi considérait sa mortalité: il savait, disait-il, qu’il ne pourrait peut-être pas se rendre à la Terre Promise. On a souvent remarqué qu’il semblait prédire sa propre mort, mais il parlait de l’expérience passée. Quand il était un pasteur de vingt-six ans, menant le boycott d’autobus de Montgomery, la maison de sa famille a été incendiée. À vingt-neuf ans, il a été poignardé dans un grand magasin de Harlem. Jusqu’à l’instant où il sortit, à l’âge de trente-neuf ans, sur le balcon de Memphis, il vivait sous un drap.

Le traumatisme de sa mort, résonnant aujourd’hui même parmi ceux qui n’étaient pas encore nés de son vivant, l’a à la fois mythifié et obscurci les difficultés de ses dernières années. Son opposition à la guerre du Vietnam a endommagé sa position auprès de l’administration Johnson. Sa campagne pour le logement et la redistribution économique dans le Nord s’est heurtée à une résistance laide. Les activistes plus jeunes l’ont critiqué pour être plus modéré que les temps exigés. Selon un sondage Gallup de 1966, les deux tiers des Américains le considéraient défavorablement.

La Commission Kerner craignait que les Etats-Unis ne deviennent deux sociétés distinctes, mais parmi les aspects les plus frappants du mouvement #NeverAgain, la capacité de ses jeunes membres à voir une situation commune malgré leurs différents antécédents – pour reconnaître ce que King appelait le «web incontournable». Au cours de la Marche pour nos vies, à Washington, Jaclyn Corin, une étudiante qui a survécu à la fusillade de Parkland, a admis que l’incident avait attiré tant d’attention en raison de la richesse de la communauté. “A cause de cela”, at-elle ajouté, “nous partageons la scène aujourd’hui, et pour toujours, avec ceux qui ont toujours regardé le canon d’une arme.” Elle a ensuite été rejointe par une jeune fille de neuf ans nommée Yolanda Renee, la petite-fille de Martin Luther King, Jr.

The New Yorker

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here