Accueil Politique Financement de Macky Sall : Me Wade porte plainte contre Cheikh Amar

Financement de Macky Sall : Me Wade porte plainte contre Cheikh Amar

263
0
PARTAGER
wade v cheikh amar

L’ancien président Abdoulaye Wade a porté plainte contre celui que d’aucuns considéraient, quand il était au pouvoir, comme son chouchou, en l’occurrence Cheikh Amar de Tse.

Selon Libération qui donne l’information, le pape du Sopi lui réclame une dette de 5 milliards. Wade, qui en fait la révélation, hier, lors du Comité directeur du Pds, affirme lui avoir prêté d’abord 500 millions pour développer la mine de phosphate de Matam. Wade accuse aussi Cheikh Amar de se servir de cet argent pour financer Macky Sall.

L’homme d’affaires dément avoir reçu l’argent de Wade et se dit surpris par la sommation et la plainte qu’il aurait reçus après plusieurs appels de fonds communiqués par divers canaux. Le journal indique que Wade a été débouté par le tribunal correctionnel de Dakar au motif qu’il n’a pas fourni un seul document prouvant ce prêt de 5 milliards.

Wade, qui n’a pas lâché l’affaire, est revenu à la charge pour traduire Cheikh Amar devant le tribunal civil et réclamer une hypothèque sur sa Cité Tre.

Sur la tenue des élections

Le pape du Sopi Abdoulaye Wade ne démord pas. Depuis son retour à Dakar, Me Wade tient le même discours. En substance, le président sortant Macky Sall a tout organisé pour gagner la Présidentielle et il faut tout faire pour empêcher la tenue de cette élection.

« Selon nos informations, le président Macky Sall a créé 352 420 faux électeurs. Les résultats des différents centres de vote sont calculés à partir de chiffres, quelqu’un qui n’est pas averti, ne peut pas les vérifier. Il y a le fichier qui donne déjà à Macky Sall un avantage de plus de 350 000 électeurs, et ça, ce n’est pas une élection », affirme Me Wade, lors d’une réunion élargie du comité directeur du Pds.

Ainsi, compte tenu de telles informations, le Pape du Sopi est plus que jamais conforté dans sa logique d’empêcher la tenue du scrutin du 24 février. Car dit-il, « si les choses continuent ainsi, Macky Sall sera réélu, avec le taux qu’ils ont prévu…certains parlent de boycott, mais tout cela, c’est compliqué. Nous avons décidé de nous attaquer aux bureaux de vote pour qu’il n’y ait pas élection, parce que nous estimons que si nous brûlons 50 ou 70 % des bureaux de vote, ils seront obligés de recommencer l’élection, dans d’autres conditions »,

lire Aussi: Présidentielle 2019 : Le Khalife général des Mourides invite à une journée de prière

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here